D’une logique de mots-clés à une approche thématique

Pas envie de lire ? Lancez l'audio pour écouter l'article !
Voiced by Amazon Polly

Retranscription vidéo

Salut, c’est Alex de l’agence Twaino.

Aujourd’hui, je vais vous montrer pourquoi d’après moi, l’on passe d’une logique de mots-clés à une approche thématique.

Alors pour cela, je vais simplement m’appuyer sur un article que je suis en train d’écrire sur le blog de SEMrush, où je traite finalement de ce sujet.

Tout d’abord, pourquoi est-ce que finalement, d’après moi en tout cas, la logique des mots-clés doit être dépassée ?

Alexandre Marotel | Twaino | Agence SEO

Alexandre MAROTEL

CEO à Twaino | Agence SEO

Voilà ce que j'offre à mes nouveaux membres

1. Liste : 144+ blogs pour publier des articles invités
2. Un Calculateur de compétition SEO
3. Vidéo exclusive : Comment passer de 0 à 1000 visiteurs ?
4. Outil : Audit SEO immédiat

Il y a quatre grandes raisons d’après moi.

Premièrement, les algorithmes sont de plus en plus intelligents et vont bien plus loin que les mots-clés.

Petit retour en arrière.

Au début d’Internet, aux débuts de Google, l’algorithme était beaucoup moins précis. Par conséquent, il suffisait en quelque sorte de répéter dans votre contenu un mot-clé donné et finalement vous aviez énormément de chance d’être premier dans Google. Parce que le moteur de recherche cherchait textuellement dans l’ensemble de son index, le mot-clé à proprement parler et donc faisait une sorte de lien de correspondance entre les deux.

À l’heure actuelle, clairement, c’est quelque chose qui est complètement dépassé. Et d’ailleurs, si vous avez la mauvaise idée de sur-optimiser votre contenu, à savoir de répéter sans arrêt le même mot-clé dans votre page ou dans votre article de blog, vous risquez de vous faire pénaliser.

Donc aujourd’hui, Google va plus loin. Il arrive à capter beaucoup plus les requêtes qui sont faites par les utilisateurs.

L’un des changements qui était d’ailleurs produit il n’y a pas si longtemps que ça, c’est avec Google Hummingbird, qui est un des algorithmes de Google qui permet justement d’étendre entre guillemets le champ sémantique des termes.

Donc aujourd’hui, Google est capable de faire des correspondances entre certains mots-clés ou certains termes, pour finalement considérer qu’ils sont entre guillemets de l’ordre du proche ou de l’équivalent.

Autre point, il faut bien comprendre en fait que lorsqu’on tape une recherche dans Google à l’heure actuelle, le moteur de recherche est capable d’aller au delà du mot-clé. Le moteur de recherche va tenter de capter quelle est l’intention réelle de l’utilisateur lorsqu’il tape ce mot-clé.

Pour cela, je vous donne un exemple simple.

Si vous tapez “tarte au citron” dans Google, eh bien le moteur de recherche va considérer que votre réelle intention, peut-être qu’il se trompe, mais qu’en tout cas l’intention de la plupart des utilisateurs qui vont taper tarte au citron va être de trouver une recette à la tarte au citron.

D’accord ?

Et donc la problématique qu’il y a derrière, ce n’est pas une problématique d’ailleurs, c’est le constat qu’on peut faire. C’est que même si vous n’avez pas tapé “recette” et que vous avez simplement tapé “tarte au citron”, finalement Google va considérer que l’intention de la plupart des utilisateurs qui tapent “tarte au citron” va être “la recette à la tarte au citron” ou plutôt “Comment faire une tarte au citron ?” et donc proposer une recette associée.

D’accord ?

Donc ça, c’était le premier point.

Deuxième point, les mots-clés, il faut se rendre à l’évidence, notamment les mots-clés courts, ce sont des requêtes qui vont être vraiment convoitées.

Alors, j’aurai l’occasion dans la suite de l’article de vous montrer notamment un graphique que j’ai pu créer.

Mais effectivement, par exemple sur des mots-clés courts, il y a de fortes chances qu’ils soient extrêmement compétitifs et par conséquent, qu’il soit très difficile pour vous d’être visible dessus. D’autant plus que c’est compliqué d’être visible quand on fait du SEO et encore plus difficile quand cette requête intéresse des sites web qui souhaitent payer pour être visibles. Autrement dit, qui font des annonces publicitaires ou du SEA.

Là, par exemple, j’ai tapé la requête “trouver une voiture”. Et sur cette requête, sans surprise, il y a trois annonces publicitaires qui sont proposées. Notre ami “la centrale” qui le quatrième résultat, mais le premier résultat en organique, est quand même bien descendu par ces résultats SEA.

Donc pourquoi est-ce que je vous dis ça ?

Parce que finalement, quand on cible un mot-clé à proprement parler, on se met potentiellement à risque. Car à la fin, même si vous êtes premier, ce que je vous souhaite sur un mot-clé à proprement parler, vous n’allez pas forcément être le site le plus visible. Vous allez être entre guillemets un peu à la merci des annonces publicitaires.

Donc avoir une logique de mots-clés peut alors potentiellement être dangereux. C’est peut-être un grand mot mais en tout cas, ça peut être un peu périlleux si notamment votre mot-clé est très convoité par les publicitaires.

Ensuite, le troisième point, ce sont les contenus thématiques et donc la meilleure réponse aux requêtes inédites.

Effectivement sachez que 15 % des recherches ou des requêtes qui sont faites sur Google à l’heure actuelle sont inédites. C’est quelque chose qui est relativement colossal et d’autant plus intéressant parce que’on peut considérer ça comme une sorte d’opportunité.

Ça veut dire que sur ces requêtes inédites, eh bien, il y a fort à parier que personne ne s’est placé dessus en référencement naturel et que les publicitaires ne sont pas dessus également (je vais d’ailleurs avoir l’occasion de rentrer un peu plus dans le détail de ce que j’entends par contenu thématique). Mais, quand vous vous placez uniquement sur un mot-clé à proprement parler, finalement, vous avez peu de chance, si c’est vraiment précis et relativement court, d’apparaître justement dans ces requêtes qui sont inédites.

Donc maintenant, je vais vous parler des champs sémantiques. C’est le quatrième point.

Sachez quand même, même si ça paraît un peu étonnant, un peu surprenant, que votre contenu, vos articles, votre blog, peut remonter dans Google sur des mots-clés qui ne sont apparus à aucun moment sur votre article de blog.

Ça, c’est quelque chose qui peut paraître un peu contre-intuitif mais effectivement, c’est toute la richesse à l’heure actuelle de Google qui va justement avoir ce raisonnement sémantique et pourra considérer que, même si la requête pouvait contenir un certain nombre de mots-clés, la meilleure façon de répondre à cette requête va être votre contenu. Même si ce contenu là ne contient pas le mot-clé à proprement parler. D’où l’importance d’avoir un contenu qui soit unique, original, avec surtout une richesse sémantique très importante.

Donc maintenant, je vais avoir l’occasion de vous présenter un peu plus ce que j’entends par l’approche thématique.

Simplement pour remettre un peu dans le contexte, de mon point de vue, la qualité du contenu est vraiment un élément qui est absolument fondamental à l’heure actuelle quand on propose un contenu sur Internet pour que le moteur de recherche vous remonte correctement.

Pourquoi ?

Parce que depuis le départ, Google indique “The content is king”. Autrement dit, “Le contenu est Roi”. Et depuis le départ, on peut dire que le moteur de recherche est vraiment constant par rapport à cette idée. Par conséquent, la vraie bonne façon pour apparaître dans Google et pouvoir gagner en autorité, gagner en visibilité, est de vraiment comprendre qu’il y a une sorte de surenchère permanente dans la qualité du contenu. Si vous arrivez à proposer un contenu qui soit qualitatif, précis et qui réponde à l’intention des utilisateurs, vous allez vraiment réussir à gagner sur Internet. Et donc c’est vraiment l’objet ici de mon point.

C’est le fait que, si vous vous axez sur la qualité, l’expérience utilisateur, finalement vous allez proposer quelque chose qui va être, qui va potentiellement aller au delà même des attentes des utilisateurs.

Et pour cela, Google vous récompensera.

Ce que j’entends par contenu thématique de manière beaucoup plus précise, c’est le fait d’avoir un contenu qui va être structuré, par exemple avec des chapitres, et qui va être long, précis, relativement creusé, qui va faire potentiellement appel à des statistiques, à des paroles d’expert, qui va utiliser des images, des illustrations, des infographies, qui va intégrer également des tweets, des vidéos, de l’audio… Bref, c’est vraiment la manière de mon point de vue à l’heure actuelle d’obtenir un contenu qui soit différenciant, qui permette vraiment à la fin d’aider l’utilisateur et surtout, qui devienne une sorte de contenu de référence sur Internet.

Parce qu’il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui, le problème n’est plus l’absence de contenu mais pour Google, c’est le fait de se dire “j’ai une sorte d’avalanche de contenus sur le web, comment est-ce que je fais la différence entre un contenu qui est bien, un contenu qui est un peu moyen et un contenu qui est excellent ?”

Et globalement, la surenchère en qualité, c’est la bonne voie et la bonne approche pour réussir sur le web.

Autre point effectivement, plus votre contenu va être précis, long et détaillé, plus finalement vous allez être amené à utiliser un champ sémantique riche et vous serez capable d’être bien placé, notamment sur des requêtes qui vont être des requêtes “longue traine”.

Là, c’est un graphique que j’ai fait. Vous voyez donc coûts et concurrence élevés et ici la conversion.

Et bien évidemment, sur des mots-clés génériques, avec par exemple un mot, il y a beaucoup de gens qui vont essayer de se placer. Le seul truc, c’est qu’il y a beaucoup de compétition et donc c’est très difficile. En plus au niveau des conversions, on a quelque chose qui est quand même relativement faible, alors que même si les mots-clés “longue traine” sont beaucoup moins concurrentiels, ils vont aussi permettre d’avoir une conversion beaucoup plus importante.

Donc globalement, c’est permis lorsqu’on peut avoir un contenu précis, détaillé, autrement dit, un contenu thématique.

Pour autant, est-ce que ça veut dire qu’il faut complètement oublier cette logique de mots-clés ?

En fait pour moi, l’idée c’est vraiment d’intégrer les deux. Il faut vraiment proposer un contenu thématique, en optimisant avec des mots-clés.

Premièrement déjà, se dire qu’on va complètement se passer de mots-clés, c’est à la fois faux et non pertinent, parce que dans tous les cas, à la fin il y aura certains éléments qu’il va falloir qu’on optimise.

Je pense notamment aux URL, aux balises meta description, aux textes d’ancrage…bref. Tout ça doit être optimisé correctement et pour cela, vous devrez forcément tabler sur un mot-clé à proprement parler.

En fait, ce qui fait vraiment du mal, c’est le fait d’écrire un contenu qui soit un type content ou un contenu de faible qualité et court, et surtout, si vous sur-optimisé avec ce mot-clé là dans un contenu court, c’est que vous aurez essayé de vous faire allumer par Google.

Donc voilà, j’en ai terminé pour cette vidéo. J’espère que ça vous aura intéressé.

Globalement pour moi, la logique est assez simple.

Quand je parle justement du passage d’une logique de mots-clés à une approche thématique, en deux mots, ça reviendrait à dire que plutôt que d’avoir quinze articles sur votre blog, des articles très courts de 200 300 500 mots sur un mot-clé à chaque fois précis, moi ce que je vous conseille, c’est que si jamais tout ça pouvait être regroupé dans un seul et même article, faites-le. Parce que ça va vous permettre d’avoir un contenu qui soit un contenu thématique, que vous allez pouvoir justement structurer avec différents types de chapitres. Vous allez pouvoir avoir un champ sémantique beaucoup plus large et proposer des multimédias, proposer de la vidéo, des illustrations et donc globalement, proposer de la valeur ajoutée supplémentaire pour les utilisateurs.

En faisant ça bien évidemment, dans la mesure où ce sera un contenu qui va aider les utilisateurs et répondre vraiment à leur intention, Google ne pourra que vous récompenser en poussant votre contenu vers les sommets.

J’espère que ça vous aura plu.

À bientôt pour la suite !

Laisser un commentaire