Alors que 93% des expériences en ligne commencent avec un moteur de recherche, plus de 60% des internautes cliquent uniquement sur l’un des trois premiers résultats de recherche. Ces deux chiffres montrent à quel point il est important d’avoir un bon positionnement dans les résultats des moteurs de recherche quel que soit le type de business que vous lancez en ligne. Cela dit, se positionner dans les premiers résultats est un réel défi, d’autant plus qu’il y a plus de 1.4 milliards de sites internet dans le monde.

Le SEO c'est quoi ?

Il ne fait donc aucun doute qu’avoir de la visibilité est un défi difficile à relever particulièrement si vous venez de lancer votre site web depuis peu de temps, Difficile ne veut pas pour autant dire impossible, et je peux personnellement vous garantir que vous pouvez réussir en utilisant la bonne stratégie. En effet, il existe un grand nombre de levier pour améliorer votre visibilité sur la toile et l’un des plus efficaces est le SEO ou le référencement naturel. Il s’agit d’un ensemble de techniques qui vont vous permettre d’optimiser votre classement dans les résultats de recherche dans le but de vous positionner dans les tous premiers. Dans ce guide complet sur le SEO, j’apporte des réponses à plusieurs questions à savoir : qu’est-ce que le SEO et pourquoi est-il important ? Comment fonctionnent les moteurs de recherche ? Quelles sont les mauvaises pratiques à éviter absolument en SEO ? Quels sont les différentes techniques du SEO et comment les mettre en place ? Comment suivre l’évolution des stratégies SEO afin de les optimiser ? Suivez donc !

Qu'est ce que le SEO ?

Apprendre le marketing en ligne

Définition du SEO

SEO de quoi s'agit il ?

Acronyme de Search Engine Optimization, le SEO désigne littéralement en français « optimisation pour les moteurs de recherche ». Il est aussi connu sous l’expressions « référencement naturel » et son utilisation remonte en 1994. En effet, il s’agit de l’année d’apparition des tous premiers moteurs de recherche comme Altavista. Mais le SEO a évolué depuis pour devenir une profession à part entière.

La définition la plus simple que j’ai trouvé concernant le SEO est celle de Wikipédia qui indique que le SEO est : « un ensemble de techniques visant à optimiser la visibilité d’une page web dans les résultats de recherche (SERP, pour search engine result pages). […] Ces techniques cherchent à améliorer la compréhension de la thématique et du contenu d’une ou de l’ensemble des pages d’un site web par les robots d’indexation, et à augmenter le trafic naturel (organique) du site, ce qui améliore généralement la visibilité de l’entreprise et son chiffre d’affaires. »

En bref, le SEO vise à améliorer le positionnement d’un site internet au sein des SERP, afin d’augmenter sa visibilité et son trafic. Il est important que les techniques utilisées n’agissent pas directement sur les moteurs de recherche. Le SEO va permettre d’améliorer les chances d’éligibilité d’un site ou d’une page web à occuper une position donnée dans leurs résultats.

Les 4 pillers du SEO

Dans cette logique, le référencement peut être considéré comme un domaine dont l’utilité est de proposer un site web qui va être facilement compris et crawlé par les moteurs de recherche, ce qui augmente vos chances d’être bien positionné dans le SERP. Par conséquent, un site web est bien référencé lorsqu’il se trouve dans les premiers résultats pour une requête liée à sa thématique.

Le SEO et les techniques de référencement payantes

Il faut différencier le SEO du SEA ou Search Engine Advertising qui désigne les techniques payantes utilisées pour améliorer le positionnement d’un site web. Le SEA peut souvent permettre d’apparaître sur la première page des résultats de recherche, mais il se distingue nettement du SEO. Et ceci, dans la mesure où ce dernier ne vise que la génération de trafic organique ou du trafic issu des requêtes sur les moteurs de recherche, d’où la dénomination de référencement naturel.

Pour cela, les techniques du SEO n’exigent pas en elles-mêmes des dépenses monétaires de votre part. Mais il ne reste pas moins un levier très important que vous ne devez pas négliger.

J’en profite pour vous dire que j’ai conçu un glossaire SEO à l’usage de tous le monde, dans le but de vous aider en définissant les termes techniques. Cette action vous permettra d’avoir une compréhension plus précise du SEO.  

Pourquoi le SEO est-il si important ?

L’importance d’être dans les premiers résultats

Moteur de recherche Agence SEO

Saviez-vous que 70.6% du trafic total du web proviennent des moteurs de recherche ? Cette statistique montre une fois de plus la place importante qu’occupent les moteurs de recherche sur la toile. Cela dit, ce sont les pages web ayant les meilleures positions dans les SERPs qui obtiennent la majorité du trafic.

60% des utilisateurs cliquent sur l'un des trois premiers résultats de recherche

En fait, le premier lien dans le SERP reçoit en moyenne 32,5% des clics et d’après les chiffres de l’agence Trinityinsight, les cinq premiers liens reçoivent au total 67% des clics. Ceci contre 3% des clics pour les liens de la sixième à la dixième position et les chiffres sont évidemment dérisoires à mesure qu’on va plus loin, c’est-à-dire sur la deuxième page du SERP et les pages suivantes.

D’ailleurs, une phrase drôle circulait chez les professionnels du SEO afin d’illustrer l’importance de figurer sur la première page des SERPs : « Si vous avez besoin de cacher un cadavre, vous devez le placer sur la deuxième page des résultats de recherche Google. ».

En somme, il est crucial de figurer sur la première page et plus particulièrement dans les premières positions puisque 50% des utilisateurs ne dépassent pas les trois premiers liens des résultats de recherche. Cette statistique est à la fois sévère et implacable : Si vous souhaitez avoir une très bonne visibilité sur la toile, vous devez apparaître dans les trois premiers résultats selon votre thématique. Mais si vous n’y arrivez pas, vous devez tenter de faire votre maximum pour vous en rapprocher.

Si vous pensez à l’utilisation des solutions payantes pour apparaître sur la première page, sachez que 80% des utilisateurs de Google ignorent ses annonces, autant dire que ce n’est pas une option très efficace.

80 des utilisateurs de Google ignorent ses annonces 2

En fait, les résultats naturels de la recherche se classent entièrement en fonction du mérite. Ce qui implique que selon les requêtes, les premières pages web du classement sont considérées par Google comme étant les plus pertinentes et les plus fiables. Pour présenter ces caractéristiques, vous n’avez pas d’autres choix que d’utiliser le SEO.

L’enjeu du SEO : Plus que le positionnement

Gardez à l’esprit que le SEO ne se limite pas seulement au positionnement d’un site web. En fait, l’enjeu du référencement touche plusieurs autres paramètres tels que :

  • La mise en place d’une visibilité pérenne ;
  • La génération de trafic de qualité ;
  • L’optimisation du nombre de conversions ;
  • La construction de la réputation du site ou de son autorité.

Ce dernier facteur est celui qui permet d’avoir en plus du trafic organique, des backlinks ou du trafic issu des réseaux sociaux ou d’autres canaux. En fait, lorsque votre site web est une référence et que votre audience vous fait confiance, vos lecteurs sont susceptibles de partager vos contenus ou de faire régulièrement référence à votre site web. Ce qui augmente vos chances d’occuper les premières positions du SERP.

Mais avant d’aborder le fonctionnement du SEO en lui-même, essayons de comprendre dans un premier temps le fonctionnement des moteurs de recherche. 

Comment les moteurs de recherche fonctionnent-ils ?

Comment fonctionne un moteur de recherche

Lorsque vous effectuez n’importe quelle recherche sur les moteurs de recherche, comme Google par exemple, un algorithme se charge de vous apporter les résultats qu’il considère comme étant les plus pertinents que le moteur dispose.

Pour être plus précis, le moteur de recherche scanne son répertoire ou techniquement son index afin de trouver et de donner, de manière ordonnée, les résultats qui correspondent le mieux à votre recherche.

Une question se pose donc à savoir comment les informations sont fournies et le procédé par lequel les moteurs de recherche évaluent la pertinence des sites ou des pages web.

Notez que je vais me focaliser principalement sur Google puisqu’il est le principal moteur de recherche avec une part mondiale de 88,47% en Avril 2019. De plus, son fonctionnement ne diffère pas énormément des autres moteurs de recherche.

SEO Robots on page Off Page

Comment les informations sont fournies ?

Avant tout notez que le fonctionnement des algorithmes de la plupart des moteurs de recherche n’est pas entièrement connu et ils sont désignés comme étant des « black box ».

En fait, un black box est : « un programme informatique complexe dont les entrées et les sorties peuvent être observées, mais dont le processus interne n’est pas accessible en raison de sa nature confidentielle. Par exemple, l’algorithme de Google est un Black Box puisqu’on peut seulement appréhender les requêtes (entrées) et les résultats (sorties) sans pour autant connaître le fonctionnement de l’algorithme. »

Les spiders Google Crawling

Par conséquent, Google ne rend pas public le fonctionnement interne de son algorithme, mais les spécialistes du référencement ont déterminé de manière générale trois grandes étapes dont :

  1. Le crawl ou l’exploration : Les robots des moteurs de recherche – Googlebot pour Google – parcourent la toile à la recherche de contenu. Pour cela, ils prennent soin de sonder les codes ou le contenu de chaque URL qu’ils trouvent ;
  2. L’indexation : Le contenu trouvé pendant l’exploration est stocké et organisé par le moteur de recherche. Une fois que la page d’un site web est indexée ou disponible dans l’index, elle peut désormais s’afficher en tant que résultat lorsqu’un internaute effectue une requête donnée ;
  3. Le classement : Fournir le contenu qui répond le mieux à la requête d’un utilisateur est un principe des moteurs de recherche, ce qui signifie que les résultats sont classés par ordre de pertinence en partant du plus pertinent, en première position, au moins pertinent qui occupe la dernière position.

En ce qui concerne les deux premières étapes à savoir : Le crawling et l’indexation, je vous invite à consulter mon article sur le sujet.

Comment se fait le classement des pages dans le SERP ?

Les critères de classement de Google SEO

Quant au classement, il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeu lorsqu’une page occupe telle ou telle position. Cette infographie illustre bien les différents facteurs impliqués dans le positionnement des pages dans les SERPs. (Searchmetrics).

Cependant, la liste est loin d’être terminée et les spécialistes du référencement dénombrent plus de 200 facteurs et j’aurai l’occasion de faire un autre article complet sur ce sujet. Néanmoins, concernant les critères de classement, j’indique ceux qui sont les plus importants et qui illustrent parfaitement le point de vue d’un utilisateur.

La pertinence

Pour fournir ses résultats, Google prend avant tout les pages qui sont étroitement liées aux requêtes de ses utilisateurs. Par exemple, vous ne voudriez pas que pour votre recherche concernant une « Bague de mariage » vous apporte des pages traitant du recyclage des voitures usées.   

Pour cette raison, Google essaie de prendre en premier lieu les pages web les plus pertinentes, mais celui-ci ne se contente pas uniquement d’utiliser la pertinence pour classer les pages selon une requête donnée.

Par exemple, pour le mot clé « bague de mariage », Google présente plus de 61 millions de résultats :

 

Toutes ces pages sont susceptibles de mentionner le mot clé en question et pour que les pages apportant le plus de valeur ajoutée soient classées en première position, le moteur de recherche se base sur deux autres critères.

L’Autorité

Autorité de site web SEO

L’autorité d’un site est un facteur important qui impacte son positionnement dans les résultats de recherche. En fait, ce critère fait principalement référence à la fiabilité et à la qualité des contenus d’un site web.

Dans cette logique, plus votre site web présente des contenus de qualité, plus les internautes vont avoir confiance en vous. Ce qui va les inciter à partager vos contenus ou à y faire des références depuis leurs propres sites web.

Si vous vous demandez comment Google arrive à juger de l’autorité d’une page web, sachez que le moteur évalue le nombre et la qualité des autres pages qui créent des liens ou des backlinks vers la page en question.

(infographie de Backlinko.com)

En effet, plus vous avez de backlinks, plus votre page est susceptible d’être mieux classée. Cela dit, attention à ne pas utiliser les mauvaises pratiques qui peuvent vous pénaliser et qu’on verra dans la suite cet article.   

L’utilité

Un contenu peut être pertinent et provenir d’une page d’autorité sans pour autant être utile à l’utilisateur. Dans cette logique, Google ne va pas le positionner en tête de ses résultats de recherche s’il trouve une autre page qu’il juge comme étant plus utile à ses utilisateurs. En fait, Google avait explicitement indiqué qu’il y a une différence entre un contenu de haute qualité et un contenu utile.

En effet, supposons que vous effectuez une recherche sur les « balises en SEO ». Ce qui vous amène deux différents résultats soit « A » et « B ». Le contenu du « A » a été rédigé par un génie informatique très doué dans la programmation et comme il est de très haute qualité, beaucoup de personnes l’ont partagé ou s’y sont référées. Ce qui a engendré un grand nombre de backlinks et donc une autorité assez élevée. Sauf qu’il n’est pas bien structuré et qu’il comprend beaucoup de termes techniques que la plupart des personnes ne pourront pas comprendre aisément.

A contrario, le contenu de « B » a été rédigé par une personne relativement nouvelle dans le SEO, mais cette dernière a pris le soin de bien structurer son contenu et l’écrit dans un langage accessible à tous.

Bien que la page « A » semble pertinente avec une autorité plus élevée que la page « B », ce dernier fera de très bonnes performances dans les résultats de Google. Il est d’ailleurs possible qu’il performe plus que « A » et se retrouve donc en tête des résultats.

L’utilité est un facteur que Google détermine principalement grâce au « User Experience Signals » ou les signaux d’expérience utilisateur. Autrement dit, la manière dont ses utilisateurs interagissent avec les résultats qu’il leur présente.

En fait, si Google constate que les internautes aiment un contenu particulier notamment grâce à des paramètres tels que le taux de clic, le taux de rebond et le temps passé sur la page, celle-ci pourrait obtenir un bon classement dans les résultats de recherche.    

Pour cela, il est très important de créer un contenu et un site web que les internautes vont aimer. A ce sujet, Google indique quelques astuces en termes d’utilité et de qualité telles que :  

  • Être simple ;
  • Structurer bien les articles : Utilisez des listes numérotées et à puces, les balises H, les ponctuations, etc…
  • Avoir un vocabulaire accessible à tous ;
  • Apporter une profonde valeur ajoutée aux lecteurs ;
  • Etc…

A ces conseils s’ajoute bien évidemment un contenu sans faute de syntaxe ni d’orthographe ou de grammaire. Dans les prochains chapitres, je vous explique plus en détail les implications de ces différents éléments.

En somme, il s’agit de quelques facteurs qui impactent le classement des pages dans les SERP, mais sachez qu’il ne s’agit pas exactement des mêmes critères lorsqu’on considère la recherche locale.

Comment fonctionne la recherche localisée ?

Recherche localisée SEO

En plus de la recherche classique, Google offre la recherche géolocalisée qui permet aux internautes de trouver facilement les enseignes présentes dans leur zone géographique. En effet, 88 % des consommateurs appelleront ou visiteront une entreprise dans les 24 heures après avoir effectué une recherche d’entreprise locale via leur appareil mobile.

Apres avoir cherche une entreprise locale 88 des utilsateurs se rendront sur place

Ce qui en fait un levier très important lorsqu’on parle de SEO, d’autant plus que les résultats issus de ce type de recherche apparaissent parfois en haut des résultats naturels.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la création de votre présence dans les résultats locaux, veuillez consulter mon article sur le sujet. Cela dit, sachez que lorsqu’il s’agit de résultats de recherche localisés, Google utilise trois facteurs principaux pour déterminer le classement :

  • La pertinence ;
  • La distance ;
  • La proéminence.

La pertinence

Il s’agit du même principe que pour la recherche classique et la pertinence est donc la mesure dans laquelle un établissement local correspond à la requête d’un internaute. Afin de d’augmenter la pertinence de votre établissement, il faudrait essayer de fournir le plus d’informations pertinentes possibles sur votre business.

La distance

Etant donné qu’il s’agit d’une recherche basée sur la localisation, la distance est un facteur très important dans le classement des résultats. En fait, cette distance désigne la proximité des établissements par rapport à l’emplacement par défaut ou indiqué par l’utilisateur. Dans cette logique, les établissements obtenus sont ceux qui sont les plus proches de l’internaute.

En outre, noter que les résultats naturels classiques sont aussi impactés par l’emplacement, mais son effet est beaucoup moins prononcé qu’au niveau de la recherche localisée.

La Proéminence

Google envisage de donner les meilleurs résultats à ses utilisateurs. Pour cela, il utilise le facteur de proéminence afin de mettre en avant les établissements qui jouissent d’une bonne notoriété aussi bien ligne qu’en local. En plus des données concernant la réputation physique d’un établissement, Google utilise d’autres facteurs en ligne afin d’effectuer son classement. Il s’agit entre autres :

Des avis 

Le nombre d’évaluations qu’une entreprise locale reçoit et le sentiment qu’elles suscitent ont un impact notable sur son classement dans les résultats locaux ;

Le business citation ou business listing

En SEO, le business citation désigne les différentes données d’une entreprise sur les plateformes localisées telles que :

  • Infogroup ;
  • Localeze ;
  • Yelp ;
  • PagesJaunes ;
  • Etc…

Il peut s’agit des informations de contact dont :

  • Le nom ;
  • Numéro de téléphone ;
  • Adresse ;
  • Etc…

En fait, le classement issu d’une recherche locale est influencé par le nombre et la cohérence de ces données. La firme américaine puise ses données de plusieurs sources afin d’enrichir les informations présentes dans son index sur les entreprises locales.

Dans cette logique, lorsque Google découvre de multiples références cohérentes au nom, à l’emplacement et au numéro de téléphone d’un établissement, cela renforce la « confiance » de Google dans la validité de ces données. Par conséquent, l’établissement en question est valorisé dans les résultats.

Classement organique

La position d’un site Web dans les résultats de recherche organique est également un critère que prend en compte Google pour déterminer le classement local. Les meilleures pratiques de référencement naturel s’appliquent donc aussi à ce niveau et je vais y revenir dans les prochains chapitres.

Engagement local

Bien que ce critère ne soit pas explicitement indiqué, le fait est que Google enrichit constamment ses données avec les informations du monde réel comme la durée moyenne des visites ou les heures de visites populaires. Mieux, la firme offre la possibilité à ses utilisateurs de poser des questions directement à l’entreprise.

Ce qui permet aux internautes d’interagir directement avec les établissements locaux, plutôt que de faire face à des informations statiques présentées souvent dans les annuaires. Et la raison principale est le fait que la firme compte offrir une expérience exceptionnelle à ses utilisateurs avec les résultats les plus pertinents possibles. Dans cette mesure, Google ne cesse de faire évoluer ses outils.

Les moteurs de recherche évoluent !

La recherche locale

L’algorithme de Google change plus de 500 à 600 fois dans une année !  Ce chiffre comprend bien évidemment les changements mineurs comme majeurs et indique par la même occasion à quel rythme le moteur de recherche évolue.

Laglorithme de google change jusqua 500 fois par an 2

La présentation des résultats

Au fur et à mesure que ses outils évoluent, Google opère des changements dans sa manière de présenter les résultats. En fait, contrairement aux années précédentes, Google inclut désormais des SERP features ou des fonctionnalités de la SEPR telles que :

  • Les annonces payantes ;
  • Les features snippets ;
  • Pack local (Maps)
  • Knowledge Graph ;
  • Les recherches associées ;
  • Etc…

La firme américaine ne cesse d’ajouter de nouvelles fonctionnalités et elle a d’ailleurs expérimenté l’année dernière le concept de « Zéro-result SERPs ». Ce concept implique qu’un seul résultat va s’afficher par défaut dans les résultats naturels pour certaines requêtes. En fait, la page en question est seule et ne comporte aucun résultat en dessous, sauf l’option de voir plus qui permettra à l’internaute de voir les autres résultats.

Ces différentes modifications résultent tout simplement des comportements des utilisateurs. En fait, Google analyse l’interaction de ses utilisateurs et détermine les requêtes qui sont mieux satisfait par certains types de format de contenu. Si vous analysez attentivement les différentes caractéristiques du SERP, vous allez vite vous rendre compte qu’elles correspondent bien aux différents types d’intention de recherche.

L’amélioration des outils

En parlant d’évolution, il y a aussi le RankBrain de Google qui est un algorithme d’apprentissage basé sur l’intelligence artificielle. En fait, il améliore constamment sa précision grâce aux observations et aux données qu’il reçoit. A cause du fait qu’il ne cesse d’apprendre, il évolue donc continuellement, ce qui lui permet d’améliorer la pertinence des résultats qu’il offre.  

Par exemple, si le RankBrain remarque une page de rang inférieur fournissant un meilleur résultat aux utilisateurs que les pages de rang supérieur, il est susceptible d’ajuster prochainement ses résultats, et ceci, par le fait de déplacer la page offrant le résultat le plus pertinent plus haut et de mettre les autres pages à sa suite.

Le fonctionnement de RankBrain n’est évidemment pas connu et selon Seroundtable Google lui-même n’appréhende pas totalement son outil. De plus, il faut noter que la firme américaine fait continuellement des mises à jour de ses algorithmes et s’il le juge nécessaire, il crée d’autres algorithmes pour améliorer ses services. Il s’agit par exemple de :

  • Caffeine ;
  • Panda ;
  • Top Heavy ;
  • Penguin ;
  • Pirate ;
  • Exact Match Domain ;
  • Payday ;
  • Hummingbird ;
  • Pigeon ;
  • Mobile Friendly.

Cette ressource de Hubspot.fr peut vous en apprendre davantage sur ces algorithmes et leurs mises à jour. Comme vous pouvez vous en douter, ces changements ou modifications vont inévitablement impacter directement le SEO.

Qu’est-ce que cette évolution constante implique pour le SEO

Les outils de Google vont toujours continuer d’évoluer dans le but d’apporter aux internautes les contenus les plus pertinents sous les meilleurs formats possibles. Ce qui oblige les spécialistes du référencement à améliorer constamment les techniques existantes ou d’en créer de nouvelles afin de s’adapter aux changements.

Le SEO est donc un secteur dynamique qui exige que vous soyez à l’affût des changements majeurs qui peuvent affecter votre référencement. Cependant, l’un des principes fondamentaux du SEO qui ne change jamais est de vous concentrer sur l’expérience et l’intention des utilisateurs, tout comme le fait les moteurs de recherche.

Essayez donc de fournir le meilleur contenu et la meilleure expérience possible aux visiteurs qui pourraient atterrir sur vos pages. En le mettant en pratique, vous aurez fait un premier pas important dans le SEO. Cela dit, le SEO à ses propres règles qu’il faut connaître pour ne pas l’objet de sanction.  

Les risques du SEO : Ce qu’il faut faire et ne pas faire

Les risques SEO

SEO : Avant vs maintenant

A ses débuts dans les années 90 jusqu’au début des années 2000, les techniques du SEO étaient beaucoup plus simples à mettre en place. Autrement dit, les moteurs de recherche n’avaient pas autant évolué et il avait très peu de contrôle sur les différentes pratiques de référencement. En fait, être bien classé et avoir de nombreux visiteurs en un rien de temps sur un site se résumait parfois à :

  • Choisir le bon nom de domaine ;
  • Créer des contenus bourrés de mots clés ;
  • Etc…

En somme, vous pouvez manipuler les algorithmes des moteurs de recherche sans vous préoccuper tellement de l’expérience utilisateur, et ceci, sans courir le moindre risque. Cela dit, les choses ont bien évolué depuis ces années et il est devenu beaucoup plus difficile et long de bien référencer un site web.

Pour cause, il y a l’apparition des filtres et des pénalités qui servent à sanctionner les pratiques jugées « mauvaises » par les moteurs de recherche. Dans cette mesure, plusieurs sites web ont été sanctionnés parce qu’ils ont utilisé de telles pratiques.

Il faut donc retenir que le SEO est devenu beaucoup plus compliqué de nos jours et qu’il exige plus d’effort, d’engagement et donc de temps. Ce qui en fait une stratégie à long terme puisque la plupart des pratiques donnant des résultats sur le court terme sont considérées comme étant mauvaises.

Comme vous pouvez vous en doutez, j’utilise les stratégies pérennes et à long terme, et non celles qui visent à se faire très rapidement de la visibilité et qui aboutissent souvent par des pénalisations. Alors, comment reconnaître les mauvaises pratiques SEO ?

Le SEO Black Hat vs le SEO White Hat

SEO Black Hat White Hat

Si vous souhaitez utiliser le référencement pour devenir riche très rapidement, vous allez facilement tomber dans l’utilisation les pratiques interdites dont l’ensemble est dénommé le SEO Black Hat.

Ce type de SEO consiste à optimiser un site web pour les moteurs de recherche, sans tenir compte des utilisateurs. En fait, il existe un grand nombre de techniques qui permettent de manipuler les algorithmes et donc d’enfreindre les règles dans le but de positionner un site à un rang élevé dans le classement des moteurs de recherche.

Contrairement au Black Hat, il y a le SEO White Hat qui comprend les référenceurs utilisant les pratiques qui respectent les consignes des moteurs de recherche.

Mais les deux concepts ne sont pas totalement distincts. En fait, certains professionnels du référencement utilisent à la fois les pratiques white et black hat. Il devient donc difficile de parler distinctement d’un SEO White Hat ou Black Hat. Pour faire la lumière sur ce sujet, il faudrait aller à la source de cette différenciation.

Les Guidelines de Google

Guidelines de Google

Google a édité des consignes pour permettre aux webmasters de connaître les règles à suivre pour ne pas subir des pénalités. En fait, la firme a été claire : « Nous vous conseillons de lire attentivement nos consignes relatives à la qualité ci-dessous. Elles abordent en effet certaines des pratiques illicites susceptibles d’entraîner l’application d’une action manuelle pour cause de spam, d’une sanction de type algorithmique ou le retrait définitif du site concerné de l’index Google. Lorsqu’un site a été sanctionné pour cause de spam, il est possible qu’il ne s’affiche plus dans les résultats de Google.com ni sur nos sites partenaires. ».

En prenant connaissance de ces instructions, le premier principe de base est : « Concevez vos pages en pensant d’abord aux internautes et non aux moteurs de recherche. ». En d’autres termes, vous devez d’abord penser aux internautes dans vos différentes pratiques.

D’ailleurs, la firme demande de se poser la question de savoir : « Si les moteurs de recherche n’existaient pas, est-ce que je le ferais ? ». Cela suppose qu’il faudrait aller plus loin en procédant comme si les moteurs de recherche n’existaient pas.

Mais dans la pratique, il s’agit d’une approche très difficile à réaliser puisque la plupart des webmasters pensent aussi bien aux internautes qu’aux moteurs de recherche. Du reste, Google et les autres moteurs de recherche proposent tout de même des outils qui permettent de gérer convenablement sa présence auprès de leur moteur.

Voici quelques techniques à éviter selon Google :

  • Contenu détourné ;
  • Texte ou liens cachés ;
  • Redirections trompeuses ;
  • Contenu généré automatiquement ;
  • Participation à des systèmes de liens ;
  • Techniques de dissimulation (cloaking) ;
  • Accumulation de mots clés non pertinents sur les pages ;
  • Utilisation abusive du balisage associé aux extraits enrichis ;
  • Création de pages qui ne présentent que peu ou pas de contenu original.

Ce sont quelques-unes des techniques qui sont à éviter et je donnerai plus de détails sur certaines dans les prochaines sections.  

Les différences majeures entre le SEO Black Hat et White Hat 

Une question de cible !

D’après les guidelines de la firme américaine, il est aisé de comprendre que le White Hat vise d’abord l’internaute avant les moteurs de recherche, ce qui est l’opposé du Black Hat. Dans cette mesure, il faudrait se poser certaines questions afin de déterminer si une pratique est Black Hat ou White Hat :

  • Est-ce que la pratique est d’une aide quelconque pour les internautes ?
  • Pouvez-vous le montrer ou l’expliquer à un employé de Google sans être dérangé ?

Si les réponses à ces deux questions sont affirmatives, votre méthode est White Hat dans le sens où vous apportez quelque chose d’utile aux internautes. Mais dans le cas contraire, il y a de fortes chances qu’elle soit Black Hat, d’autant plus que l’internaute n’est pas principalement ciblé.

Cela dit, il ne faudrait pas considérer que le White Hat s’adresse uniquement aux internautes, le fait est qu’il suffit tout simplement de les prioriser dans vos demarches.  En effet, les professionnels du SEO sont guidés par l’objectif d’avoir un meilleur positionnement dans les SERP. Pour cela, ils ciblent à la fois les internautes et les algorithmes des moteurs de recherche, mais de manière à ce que les internautes puissent avoir la priorité.

Dans ce sens, la dualité entre le SEO White Hat et le SEO Black Hat ne se résume qu’à une question de « priorité de cible ». Le White Hat cible d’abord les internautes, contrairement au Black Hat qui s’adresse d’abord aux moteurs de recherche pour ne pas dire uniquement.

Règles SEO Google Black hat White Hat Grey hat

Une question de pénalités !

Un autre facteur qui différencie les pratiques White Hat des Black Hat est le risque d’être pénalisé. La firme américaine a été claire à ce sujet et les sites web qui ne respectent pas ses guidelines sont susceptible d’être pénalisés. Dans cette logique, les White Hat sont complètement à l’abri des pénalités, alors que les Black Hat s’exposent à de potentielles sanctions.

Les pénalités Google

Le Grey Hat et le Dunce Cap

Il est vrai qu’il y a deux principaux types de SEO, c’est-à-dire :

  • White Hat : Qui s’adresse prioritairement aux internautes et est non pénalisante ;
  • Black Hat : Qui cible principalement le moteur de recherche et apporte des pénalités.

Mais il existe aussi deux autres cas de figure qui portent la dénomination de :

  • Gray Hat : Qui s’adresse aux moteurs de recherche sans être pénalisante ;
  • Dunce Cap ou Bonnet d’âne : Qui cible les internautes, mais qui est pénalisante.

Le Gray Hat   

Comme son nom l’indique – chapeau gris – il s’agit d’un mélange du blanc et du noir. En fait, les différentes pratiques du Gray Hat s’adressent principalement aux algorithmes des moteurs de recherche et ne suivent pas les consignes de Google.

Mais le fait que ces pratiques ne peuvent pas être détectées par les outils mis en place par les moteurs de recherche, induit le fait qu’elles ne font pas directement l’objet de pénalité.

Par exemple, Google a indiqué qu’il faut prendre des précaution avec le guest blogging qui est une stratégie efficace pour créer des backlinks. Vous pouvez utiliser les articles invités pour :

  • Développer votre marque ;
  • Générer du trafic de haute qualité ;
  • Sensibiliser les gens ;
  • Devenir une référence dans votre domaine.

Selon moi, ce sont toutes des raisons légitimes de mettre en place une bonne stratégie de guest blogging et c’est pourquoi je le recommande. Vous trouverez d’ailleurs plus de 144 blogs francophones sur lesquels publier vos articles invités en cliquant sur ce lien.

Cette méthode ne respecte pas forcément les consignes des moteurs de recherche, mais permet aux référenceurs d’avoir rapidement des liens de qualité.  Sauf que l’incapacité des algorithmes dans la détection efficace de ce type de pratique, les empêche d’appliquer souvent des sanctions.

En somme, les méthodes Gray Hat, ne respectent pas les consignes de Google, mais ils sont néanmoins à l’abri des pénalités.

Le Dunce Cap ou bonnet d’âne

En français « bonnet d’âne », le Dunce Cap est un peu plus différent des trois autres types de pratiques SEO dans la mesure où il ne fait pas l’objet d’un choix explicite. En fait, vous pouvez décider d’exploiter les techniques White Hat, Black Hat ou Gray Hat, mais le Dunce Cap est tout simplement un ensemble de techniques mal-exploitées, sous-exploitées ou inexploitées.

En fait, lorsque les techniques SEO ne sont pas mis en place correctement ou lorsqu’aucune technique n’est utilisée, vous pouvez être pénalisé ou faire l’objet d’une sanction à cause de votre maladresse. Par la même occasion, vous pénalisez aussi les internautes et les robots des moteurs de recherche.

Supposons que les pages de votre site web ne sont pas bien structurées ou hiérarchisées. Il s’agit ni plus ni moins d’une technique SEO inexploitée qui va pénaliser les visiteurs puisqu’ils vont se perdre très facilement dans la navigation. Il en va de même pour les robots des moteurs de recherche qui vont avoir des difficultés à explorer et indexer les pages de votre site web, créant ainsi une perte de temps considérable.

Vous pouvez très bien respecter les consignes de Google même en ayant une mauvaise structure pour votre site web. Cela dit, vous allez être pénalisé si les autres sites web concurrents utilisent une meilleure stratégie que vous.

Contrairement au Black Hat, le Dunce Cap ne cherche pas à manipuler les algorithmes des moteurs de recherche et suit les guidelines de Google, mais peut être pénalisé par le moteur de recherche.      

En résumé, on peut avoir une matrice à quatre parties dont (infographie) :

  • Black Hat : Pour les moteurs de recherche et pouvant être sanctionnable ou pénalisant ;
  • Gray Hat : Pour les moteurs de recherche et pas sanctionnable ou pénalisant ;
  • White Hat : Pour les humains & les moteurs de recherche et pas sanctionnable ou pénalisante ;
  • Dunce Cap : Pour les humains & les moteurs de recherche et sanctionnable ou pénalisant.

Dans les chapitres suivants, vous allez connaître toutes techniques que vous pouvez et que vous devez éviter lorsque vous élaborer vos stratégies SEO.

L’intention des internautes et la recherche de mots clés

La recherche de mots clés

Avant d’aller sur les différentes pratiques et techniques de référencement, il est important de s’arrêter d’abord sur les internautes et la manière dont ils recherchent votre contenu. Il s’agit du fondement même du SEO puisque sans les requêtes des internautes, travailler sur votre visibilité dans les moteurs de recherche n’aura aucun sens.

Après avoir donc compris le fonctionnement des moteurs de recherche, il faut appréhender ce que cherche les internautes et les expressions qu’ils utilisent pour effectuer leurs recherches. De cette manière, vous allez pouvoir naturellement bien vous positionner sur leurs requêtes.

Globalement, ce chapitre vous permettra de répondre à des questions très pertinentes en SEO à savoir :

  • Que recherchent vos clients ?
  • Combien de personnes le recherchent ?
  • Dans quel format veulent-ils l’information qu’ils recherchent ?

Les réponses à ces différentes questions vous permettent de mettre en place des stratégies efficaces.

Connaître d’abord votre personna  

Avant de vous lancer dans la recherche de mots clés ou dans la mise en œuvre des techniques SEO, il est très important de connaître votre client idéal ou personna. En effet, beaucoup de personnes négligent souvent cette étape, puisqu’ils savent déjà sur quelles expressions ils veulent se positionner. Mais le fait est que ces expressions que vous souhaitez utiliser, peuvent ne pas forcément concorder avec l’intention de votre public cible.

Pour cela, cherchez d’abord à déterminer exactement le personna afin de trouver les mots clés les plus adéquats sur lesquels vous allez baser vos stratégies. Mieux, vous saurez exactement les types de contenus qu’il faut mettre en place. De cette façon, vous êtes également susceptibles de réussir toutes vos campagnes basées sur des mots clés.

Qu'est ce que le SEO ?

Afin donc d’établir votre personna, je vous suggère d’utiliser l’outil de HubSpot’s qui vous guide pas à pas dans sa création. Vous aurez en fin du processus un personna type que vous pouvez utiliser pour vos différentes stratégies.

Généralement, vous allez déterminer des éléments tels que :

  • Le sexe du client ;
  • La tranche d’âge ;
  • Sa localisation géographique ;
  • Sa fonction ;
  • Ses revenus approximatifs ;
  • Ses moyens de communication préférés ;
  • Etc…

La recherche effective des mots-clés

Après avoir défini votre personna, vous pouvez vous concentrer sur les requêtes que votre public cible est susceptible d’utiliser lors de ses recherches. Autrement dit, vous allez déterminer les mots et expressions que vos potentiels clients vont saisir dans les moteurs de recherche.

De façon générale, les mots-clés se déclinent dans deux différentes catégories, à savoir :

Les mots clés produit ou Produit Keywords : Les mots clés utilisés pour trouver directement votre produit ou services ;

Les mots clés d’information ou informationnal Keywords : Les mots clés utilisés lorsque l’internaute ne cherche pas spécifiquement votre produit ou service.

Par exemple, lorsque vous avez un e-commerce qui vend des accessoires et des vêtements d’homme, vous avez des mots clés produit tels que :

  • Montre de luxe ;
  • Chemise homme ;
  • Chaussure en cuir ;
  • Lunette d’été ;
  • Etc…

Quant aux mots clés d’informations, ils concernent les requêtes émises lorsque votre audience ne s’intéresse pas force aux vêtements ou accessoires :

  • Choisir la taille idéale de chaussure ;
  • Tenus pour la plage ;
  • Le doigt sur lequel porter une bague ;
  • Etc…

Ce sont ces deux types de mots clés que vous allez utiliser afin d’optimiser les pages de votre site web, ce qui est susceptible de vous assurer une bonne performance en termes de référencement. En fait, vous allez être présent dans les résultats lorsque :

  • Les consommateurs vont chercher directement le produit que vous offrez ;
  • Les internautes vont utiliser des mots clés qui ne font pas directement référence au produit ou service que vous offrez.

De cette façon, même s’ils ne recherchent pas forcément votre produit, vous serez présent dans les résultats de recherche et ils pourront atterrir sur votre site web.

La sélection des bons mots clés

Il est temps de partir à la découverte des différents mots clés que vous allez utiliser. A ce niveau, pensez à faire une liste des deux types de mots clés afin de savoir exactement pour quel type de contenu vous allez utiliser chacun d’eux.

Pour commencer votre recherche, n’hésitez pas à utiliser les mots clés que vous avez probablement en tête et sur lesquels vous souhaitez vous positionner. Servez-vous aussi des outils de recherche de mots clés cités un peu plus bas, afin de déterminer leur volume de recherche mensuel et d’avoir une liste de mots-clés similaires. Ces derniers sont des requêtes qui sont utilisées par les internautes pour trouver le type de produit que vous offrez ou le type de contenu que vous avez sur votre site web.

Par exemple, vous pouvez avoir pour « chemise » des suggestions tels que :

  • Chemise homme de marque ;
  • Chemise col mao ;
  • Chemise de nuit ;
  • Etc…

Dans le processus de découverte de mots-clés pertinents pour votre contenu, vous allez remarquer que le volume de recherche de ces mots-clés varie considérablement. Gardez à l’esprit que le fait de cibler les mots clés les plus recherchés par votre public cible peut sembler être une très bonne stratégie, mais cette approche se révèle parfois inefficace.

Analyse des mots cles

En fait, il est plus avantageux de cibler des mots et expressions dont le volume de recherche est plus faible pour la simple raison qu’ils sont moins compétitifs. Notez que plus le volume de recherche d’un terme donné est élevé, plus il faut de travail pour obtenir un meilleur classement.

Le fait est que presque tout le monde souhaite se positionner sur ces mots clés populaires, y compris évidemment les grandes marques qui se sont déjà positionnés dans les premiers résultats. Si à votre niveau, vous venez de lancer votre site web ou si vous n’aviez pas déjà une position assez bonne, vous allez fournir un effort considérable qui pourrait durer des années si vous choisissez les mêmes termes.

Mais dans le même temps, si vous choisissez les termes qui ont des volumes trop faibles de recherche, vous risquez de ne pas attirer les internautes sur votre site web. Dans cette mesure, je vous conseille d’utiliser d’autres types de mots clés qui sont généralement moins concurrentiels : Les mots clés de longue traîne.

Les mots clés à longue traine : Un critère de choix

Traiter avec les mots clés à fort volume de recherche peut sembler très avantageux, sauf qu’ils ne représentent qu’une petite partie de toutes les recherches effectuées sur les moteurs de recherche. De plus, ils ne révèlent pas exactement l’intention des internautes et peuvent donc être ambigus.

Par conséquent, les cibler peut attirer sur votre site web des visiteurs ayant une intention de recherche qui ne correspond pas à votre contenu. Prenez par exemple le terme « chaussure », Ce terme n’indique pas à Google si l’utilisateur cherche :

  • Les dernières chaussures qui sont sorties ;
  • Les chaussures Adidas ;
  • Comment trouver la bonne taille de chaussure ;
  • Des crampons pour le football ;
  • Le type de chaussure à utiliser à la page ;
  • Etc…

En somme, le mot clé « chaussure » est un terme trop vaste et il est faut donc penser autrement. En fait, il y a trois types de mots clés à ce niveau :

  • Fat head ou grosse tête : Représente les mots et expression ayant une concurrence et un trafic très élevé ;
  • Chunky middle ou gros milieu : Désigne les mots et expressions ayant une concurrence et un trafic moyen ;
  • Long tail ou longue queue ou longue traîne : Représente les mots et expressions ayant un trafic et une concurrence moins élevé.  

Bien qu’ils soient moins populaires, les mots clés à longue traîne qui représentent 70% de toutes les recherches sur le web, se convertissent souvent mieux dans la mesure où les consommateurs sont généralement plus spécifiques dans leur recherche.

Lorsqu’on tient compte de notre exemple de « chaussure », il est très probable que l’internaute qui va uniquement rechercher ce mot, soit un simple navigateur qui recherche vaguement quelques informations. En revanche, une personne qui recherche « chaussure de foot femme moins cher taille 28 » est susceptible de vite effectuer un achat.

Dans ce sens, l’utilisation de mots clés à longue traîne peut vous offrir plusieurs avantages :

  • Dépasser vos concurrents ;
  • Fournir un contexte à votre contenu ;
  • Optimiser efficacement un funnel de vente ;
  • Répondre efficacement aux recherches issues d’un assistant vocal ;
  • Etc…

Par conséquent, je vous suggère de vous concentrer simplement sur ce type de mot clé notamment lorsque vous venez de vous lancer. De tout ce qui précède, on peut affirmer que les mots clés à longue traîne se base principalement sur la compétition qui constitue en lui-même un critère de choix de mot clés. Mais en dehors de ce paramètre, il y a d’autres éléments qui peuvent vous aider à sélectionner et à organiser vos mots clés.

Les mots-clés par saison

Pour établir une stratégie efficace et commencer de la meilleure des manières, il peut être très intéressant de connaître les tendances saisonnières pour chaque mot clé. Par exemple, pour le mot clé « chaussure de foot homme », vous allez constater avec Google trends qu’en France, il y a un pic en fin août et début septembre.

https://trends.google.fr/trends/explore?geo=FR&q=chaussure%20de%20foot%20homme

Une bonne stratégie pour cette expression devrait comprendre des contenus, bien optimisés sur ce mot clé, que vous allez promouvoir fortement autour de cette période. Avec cet outil, vous avez facilement une idée de quel mot clé utilisé et à quel moment.

Les mots-clés par région

Avec le même outil, Google Trends, vous pouvez trouver l’intérêt par zone géographique pour un mot clé donné. Pour mon exemple précédent, vous allez constater que la plupart des recherches de « chaussure de foot homme » vient de l’île-de-France.

Bien évidemment, ce n’est forcément pas une seule région ou zone géographique qui est toujours indiquée par google. Lorsqu’on fait par exemple la recherche sur « chaussure de foot » pour tous les pays, vous pouvez déjà remarquer qu’en plus de la France, il y a :

  • La Belgique ;
  • La Suisse ;
  • Le Maroc ;
  • L’Algérie.

https://trends.google.fr/trends/explore?q=chaussure%20de%20foot

En dehors de cet outil, vous pouvez utiliser Google Keyword Planner qui vous permet de cibler stratégiquement un lieu spécifique en limitant votre recherche de mots-clés à des villes, ou des états spécifiques.

Avec ces différents critères, vous savez désormais par où commencer et quel type de mots clé utilisé selon les régions où vous intervenez. N’oubliez pas également de choisir les deux types de mots clés à savoir : Les mots clés produit et Les mots clés d’information.

Dans le cas où vous êtes une entreprise locale, n’hésitez pas utiliser aussi des expressions qui indiquent votre emplacement, ce qui vous permet d’avoir aussi des mots clés moins compétitives sur lesquels vous positionnez.

Les outils pour trouver les mots clés

Voici quelques méthodes et outils qui vous permettront de trouver facilement vos mots clés.

Google auto-complétion et les recherches associées

Autocompletion ou completion automatique

Au fur et à mesure que vous saisissez vos requêtes, Google a tendance à vous proposer des suggestions qui sont issus des mots et expressions qui ont déjà fait plusieurs fois l’objet de requête par les internautes. Il s’agit d’une très bonne source pour avoir des mots clés.

Toujours avec Google, vous allez constater en bas de ses résultats qu’il présente souvent des recherches associées. Autrement dit, des requêtes ayant un rapport plus ou moins direct avec la vôtre. Notez la plupart de ces mots clés afin de les analyser avec les outils adéquats.

Google Search Console

Comment créer et synchronier Google search console ?

Installer la Google Search Console afin de déterminer les mots ou expressions qui sont les plus pertinents pour votre thématique et sur lesquels vous pouvez vous positionner. Pour découvrir cet outil, je vous invite à consulter mon article sur la Search Console.

Impression dans google search console

Google Keyword Planner

Bien que Google Keyword Planner soit conçu pour les utilisateurs de Google Ads, il ne demeure pas moins un puissant outil pour ceux qui souhaitent trouver les bons mots clés pour le SEO. Vous avez seulement à saisir un mot clé et l’outil vous donne d’autres mots clés en rapport avec celui que vous avez tapé. Il s’agit des informations telles que :

  • Le volume moyen de recherches mensuelles ;
  • Le niveau de concurrence.

Ces données vous permettent de classer les différents mots clés que vous avez sélectionnées. Pour des données plus précises, vous avez à votre disposition plusieurs outils  tels que :

Semrush presentation

Ahrefs presentation

Ces outils vous donnent aussi de précieuses données que vous pouvez utiliser afin d’effectuer une classification et organisation des mots clés que vous allez utiliser. Une fois que vous avez défini ses différents mots et expressions, vous pouvez passer aux techniques effectives de référencement.

SEO : Comment optimiser le référencement d’un site web ?

SEO on page Off Page

Le référencement d’un site se décline en deux volets :

  • Le SEO On-Page : L’ensemble des pratiques d’optimisation interne ou sur le site ;
  • Le SEO Off-Page : L’ensemble des pratiques d’optimisation externe ou en dehors du site.

Ces deux volets sont complémentaires et une combinaison efficace vous permettra de réaliser de très bonnes performances.

Pilliers du SEO

SEO ON-PAGE

Vous savez désormais comment votre public cible effectue ses recherches et le type de contenu qu’il souhaite avoir. Il est temps de passer aux pratiques SEO sur le site qui vont vous permettre de répondre aux besoins des internautes : SEO On-Page.

Ce type de SEO est multifacette et après avoir déterminé les mots-clés les plus pertinents pour votre activité, l’étape qui suit est la création effective de vos contenus.

1. Création de contenu SEO-Friendly

Le contenu et le référencement sont deux facteurs étroitement liés dans le sens où plus le contenu que vous offrez est de qualité, plus vous avez de chance d’être mieux classé dans les SERPs. Toutefois, il ne s’agit pas uniquement de créer un contenu de qualité, il faudrait qu’il soit optimisé pour un meilleur référencement et je vous guide dans la création de vos contenus SEO-Friendly.

La création de contenu se fait autour des mots clés que vous avez réussi à identifier dans le chapitre précédent. De cette façon, votre contenu plaira aussi bien à vos lecteurs qu’aux algorithmes des moteurs de recherche.

Mais avant de passer à la phase active de création de contenu, je vous indique trois grandes étapes à ne pas négliger.

Etape 1 : Grouper les mots clés    

Vous avez déjà eu l’occasion de déterminer les mots clés susceptibles de vous permettre d’être facilement trouver par les internautes. A cette étape, il vous suffit de les catégoriser selon leur thématique et les intentions.

Ces différents groupes vont vous permettre de créer vos différentes pages web. Cette approche est beaucoup plus efficace que de créer des pages individuelles pour chaque variation de votre mot-clé.

Etape 2 : Déterminer le type de format de contenu à créer

Après avoir classé vos mots clés par groupe, faites une évaluation du type et du format des contenus offerts par les pages présentes dans les premiers résultats des moteurs de recherche.

Ce qui vous permet de déterminer la meilleure manière de présenter vos contenus. Vous pouvez considérer les éléments suivants :

  • Les médias utilisés : Images, vidéos, infographies, podcasts…
  • La taille des contenus : Long ou court, comme le nombre de mots pour les articles de blog ;
  • La structure du contenu : Présence de listes à puces, de balise H, les mots en gras…

Ces différents éléments vont vous permettre de créer le bon type de contenu pour avoir les meilleurs résultats.

Etape 3 : La valeur ajoutée

Le dernier facteur qui vous permettra de réaliser une bonne performance n’est rien d’autre que ce que vous offrez de meilleur par rapport aux pages qui font partie des premiers résultats pour le même mot clé. La question est donc de savoir la valeur unique que vous allez pouvoir offrir pour que votre page soit meilleure que celles qui sont déjà présentes.

Avec ces trois différentes étapes, vous savez désormais quel type de contenu créer et le format que vous allez utiliser pour présenter votre contenu. Voyons maintenant comment créer du contenu pour les principales catégories de pages :

  • Les pages de produit ou service ;
  • Les pages d’article de blog ;
1.1. Création de contenu pour les pages produits ou services

Contrairement aux articles de blog, les pages des produits ou services contiennent moins de texte, mais doivent impérativement être de très bonne qualité afin de convertir vos visiteurs en prospects et clients. Dans cette mesure, vos pages de produits doivent se concentrer sur les caractéristiques et les avantages du produit ou service que vous offrez.

Par exemple, il y a la page d’accueil de Shopify. Certes, il ne s’agit pas d’un article de blog, mais il est de très grande qualité. 

Il en va de même pour la présentation de son produit.

Lorsqu’un internaute va rechercher un mot clé comme « création de e-commerce », il va obtenir de la valeur avec cette page, bien que l’objectif de la page soit de vous faire commencer un essai gratuit.

En ce qui concerne la création de page de produit ou service, gardez à l’esprit qu’il faut bien évidemment prioriser la qualité du contenu, mais la conversion reste l’objectif N°1.

1.2. La création de contenu de haute qualité pour les blogs

Le contenu est roi ! Voici une expression qui revient assez régulièrement. Sauf que cette expression ne fait pas référence à tout type de contenu, mais du contenu qui soit réellement utile et qualitatif !

En fait, la création de contenu qualitatif et réellement utile va inévitablement améliorer votre positionnement dans les résultats des moteurs de recherche. Cela dit, il ne s’agit pas de publier une fois par mois pour que vous ayez de résultats significatifs.

Vous devez être consistant dans la création de vos contenus et je vous invite à consulter mon article sur le sujet. Pour preuve, HubSpot a indiqué que les entreprises qui publient régulièrement du contenu reçoivent 350% plus de trafic que celles qui ne consacrent pas autant d’efforts à leur marketing de contenu.

Par conséquent, vous devez apporter du contenu réellement qualitatif ou exceptionnel et de manière régulière, notamment si vous souhaitez optimiser votre site web pour les moteurs de recherche, c’est comme ça que le SEO fonctionne en 2019 !

Sinon, comment pourriez-vous vous démarquer des 70 millions d’article de blog qui sont mensuellement postés sur WordPress ? Et ça, c’est sans parler des autres CMS et plateformes tels que Shopify, Medium…

En résumé, vous devez rendre vos contenus exceptionnels afin qu’ils se démarquent. Dans le cas contraire, ils vont juste être submergés par les millions d’autres articles qui sortent chaque jour.

1.3. Les types de contenus qui marchent !

En ce qui concerne le contenu de blog, il y a quelques formats de contenu qu’il convient de privilégier puisqu’ils fonctionnent très bien.

Listes complètes

Les articles avec des listes mettent généralement en avant des :

  • Conseils ;
  • Méthodes ou techniques ;
  • Recettes ;
  • Etc…

Ce type d’article fonctionne très bien puisqu’ils offrent généralement une grande facilité de lecture. Pour qu’ils performent mieux, je vous suggère de faire en sorte que vos listes soient complètes. De cette manière, vous permettez aux gens de trouver tout ce dont ils ont besoin sur une seule page de votre site web. Ils n’auront donc plus besoin d’aller faire d’autres recherches ailleurs.

Guides étape par étape

26 Creer des images uniques pour article invite

Les guides détaillés étape par étape sont aussi vieux que l’Internet lui-même, mais ils performent aussi très bien. Pour que ce type de contenu puisse performer, il faut donner des informations complète et aller dans les détails.

Contenu de données ou statistiques

Les chiffres du SEO à connaitre absolument

Selon une analyse de BuzzSumo sur 100 millions d’articles, il est indiqué que les contenus avec des données ou des « data » performent encore très bien. Il s’agit de contenu créé à partir d’analyse, de sondages ou de recherches.

Les guides complets

Ce type d’article s’apparente à ceux des contenus de listes complètes, sauf qu’ici, il n’est pas question de réaliser forcément une grande liste. En fait, il s’agit de contenu créé et qui couvre tous les différents aspects d’un sujet donné.

L’objectif de ce type de guide est de donner le plus d’informations possibles sur une thématique et ceci sur une seule page.

Les contenus visuels

Selon Backlinko, les contenus visuels comme les infographies sont d’excellentes idées de contenu pour avoir des liens. Bien évidemment, il y a aussi les autres types de visuels dont les vidéos, les captures d’écran….

Avec toutes ces notions, vous pouvez créer des contenus qui sont réellement qualitatifs et qui sont susceptibles d’être réellement utiles pour votre audience. Toutefois, notez qu’il y a des pratiques qui peuvent vous pénaliser et qu’il vaut mieux éviter.

1.4. Les pratiques à éviter dans la création de contenu
Les contenus de basse qualité ou thin content

Une stratégie de création de contenu consiste à créer des pages pour chaque itération des mots clés dans le but de se classer en première place pour chacune de ces expressions. Il ne s’agit pas d’une mauvaise stratégie en soi, le problème survient lorsque chacune de ces pages présentent des contenus similaires qui vont se canibaliser.

Supposons par exemple que vous avez un établissement physique et que vous servez plusieurs zones géographiques ou villes à la fois. Pour avoir un meilleur classement pour chacune des villes que vous servez, vous créez différentes pages de contenus pour chacune d’elles. Ce qui se passe généralement est le fait que ces différentes pages ont souvent des contenus très similaires, qui ne se démarquent réellement que par la mention de l’emplacement. Ce qui n’apporte quasiment rien aux utilisateurs lorsqu’ils quittent une page vers une autre.

En fait, cette approche crée des tonnes de contenus de mauvaises qualités contre lesquels Google lutte avec son algorithme Panda. Si vous créez de tels contenus, vous risquez d’être pénalisé par le moteur de recherche et de perdre des places dans le classement.

Pour éviter cette pénalisation, il est préférable d’avoir une page complète sur un sujet au lieu de créer plusieurs pages sur chaque variation de mot-clé. Dans cette mesure, les groupes de mots clés que vous avez constitué peuvent vous aider à le faire.

Le duplicate content ou le contenu dupliqué

Le duplicata content ou contenu dupliqué fait référence à un même contenu présent sur des pages appartenant à des sites différents ou sur un même site web. Ce phénomène peut être induit par le fait d’utiliser typiquement et sans autorisation le contenu des autres sites web.

Il peut s’agir de prendre le contenu tel quel et de le republier sans apporter la moindre modification. Ou encore de le modifier légèrement avant de le republier, sans pour autant ajouter de contenu original ou de valeur.   

Cela dit, il y a de nombreuses raisons pour lesquels un contenu donné soit en double sur un même site web, c’est pourquoi Google incite les webmasters à utiliser la balise canonical afin d’indiquer la version originale du contenu Web.

Notez cependant que Google ne sanctionne pas directement le duplicata content, mais détermine le contenu original qu’il positionne correctement dans le SERP au détriment des autres contenus. Autrement dit, c’est votre référencement qui risque d’être négativement impacté.

Le cloaking

Google a explicitement exigé de montrer le même contenu à ses robots qu’aux humains. Dans cette logique, vous ne devez pas cacher un contenu dans le code de votre site web qu’un humain ne pourra pas voir. Il s’agit de l’un des principes de Google et il n’hésite pas à prendre des mesures pour pénaliser dans ses classements les sites qui le font.

En effet, cette pratique est souvent utilisée pour influencer les moteurs de recherche afin d’obtenir un bon classement dans les SERPs.  Le cloaking peut s’effectuer de nombreuses façons et pour diverses raisons qui peuvent être aussi bien positives que négatives. Par conséquent, Google peut parfois accepter cette tactique lorsqu’elle est utilisée uniquement dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur.

L’utilisation déraisonnable des mots-clés

Il ne fait aucun doute que les mots clés occupent une place privilégiée dans le référencement naturel, mais il faut être raisonnable dans leur utilisation. En fait, beaucoup de personnes pensent à tort que si vous incluez un mot-clé dans le contenu de votre page un certain nombre de fois, vous serez automatiquement classé pour cela.

La réalité est tout autre, Google recherche des mentions de mots-clés, mais aussi les termes connexes sur les pages de votre site pour juger de la qualité ou de la valeur de votre contenu. Pour cela, il faut veiller à ce que vous apportiez réellement de la valeur ajoutée à l’utilisateur en intégrant vos mots clés de façon naturelle ainsi que des expressions connexes de telle sorte qu’ils soient compréhensibles pour les lecteurs.

Le contenu généré automatiquement

Avec l’évolution de la technologie, il est devenu très facile de créer quasi-automatiquement des contenus grâce à certains programmes. Sauf que la plupart de ces types de contenu sont parfois dénués de sens, ce qui permet d’ailleurs de les détecter très facilement.

Google a explicitement indiqué que les sites web qui utilisent les contenus gérés automatiquement risquent d’être pénalisés. D’autant plus que cette pratique est souvent utilisée pour manipuler les classements dans les moteurs de recherche.

En fait, la création de contenu peut s’avérer parfois chronophage et l’utilisation de ces outils peut sembler être un gain de temps inestimable. Mais il est capital de rendre votre contenu original et facilement compréhensible par les internautes. Si non, vous n’allez pas aider vos lecteurs, ce qui risque de vous pénaliser.  

En résumé, la meilleure option que vous avez pour votre stratégie de création de contenu est de créer des contenus originaux, de qualité et qui apportent une valeur ajoutée tangible à vos lecteurs.   

2. Optimisation du contenu pour les moteurs de recherche

Afin que votre contenu soit correctement compris et appréhendé par les algorithmes des moteurs de recherche, il y a d’autres pratiques en dehors de la simple création de contenu qu’il faut mettre en œuvre.

2.1. Les Header tags ou les Balises de titre

111 Ajuster texte partie blog

Il s’agit d’éléments HTML qui permettent d’indiquer la hiérarchisation les titres sur votre page. La balise principale « H1 » est réservée au titre de la page et se présente sous la forme :

Titre de la page

5 Titre du nouvel article

Il y a aussi des balises pour les sous-titres qui vont de H2 à H6, mais toutes ces balises ne sont souvent pas utilisées à la fois. Leur structure va de H1 à H6 par ordre décroissant d’importance.

Chaque page doit avoir un H1 unique qui décrit le sujet principal de la page, d’autant plus qu’il ne faut qu’un seul titre pour votre article. Du reste, chaque rubrique supplémentaire ou sous-titre est utilisé pour introduire un contenu plus spécifique.

A ce niveau, il faudrait savoir que ces balises sont des facteurs qui sont considérés dans le positionnement d’une page. Dans cette mesure, étant donné que le H1 est un descriptif principal de la page, il est pertinent que celui-ci contienne le mot-clé ou l’expression principale de la page en question. Cela dit, il ne faut pas gonfler vos titres avec des mots clés, au risque d’avoir un effet totalement contraire à ce que vous souhaitez.

2.2. La balise title

La balise title d’une page est un élément descriptif HTML qui spécifie le titre d’une page Web particulière et apparaît dans les résultats de recherche. Il se différencie donc de la balise H1 et se présente sous la forme :

Il est important d’utiliser ce type de balise afin d’attirer les internautes puisqu’il s’affiche dans les SERPs. En fait, son rôle principal est d’impressionner les utilisateurs afin qu’ils puissent avoir envie de se rendre sur votre page. Pour cette raison, il doit être vraiment attrayant pour vous permettre d’attirer les visiteurs sur votre site web.

Pour que votre balise title puisse fonctionner, n’oubliez pas d’inclure des mots clés pour permettent aux utilisateurs et aux robots de déterminer le contenu de votre page. Toutefois, soyez raisonnable et n’insérez pas trop de mots-clés. De reste, essayez de d’utiliser aussi la longueur idéale de 50 à 60 caractères, même s’il est possible de dépasser cette limite.

2.3. Meta description

Balise metadescription

Comme la balise title, la méta description est un élément HTML qui permet de décrire le contenu d’une page donnée. Elle se présente généralement sous la forme :

>

La meta description s’affiche aussi dans le SERP de la manière suivante :

 

Bien que Google indique qu’il n’utilise pas la meta description comme un critère de classement des pages, elle est très précieuse et vous ne devez pas les négliger. En fait, les internautes vont utiliser votre description pour déterminer s’il faut ou non cliquer sur votre résultat. Dans cette condition, la meta description est importante et peut impacter le taux de clic sur votre page.

Pour que votre description puisse performer, veillez à ce qu’elle soit suffisamment pertinente pour que les internautes puissent savoir qu’ils vont trouver la réponse à leur question sur votre page. Prenez aussi soin de ne pas dépasser une certaine longueur puisque les moteurs de recherche ont tendance à tronquer les meta descriptions en 155 caractères environ.

2.4. Les liens internes

Ancre de lien ou texte ancre

Il est très important d’avoir un site web qui soit facilement explorable et si vous avez pris connaissance de mon article sur le sujet, vous savez à quel point il est crucial de bien structurer vos liens internes.

En fait, Lorsque vous créez un lien vers d’autres pages de votre site internet, vous permettez aux robots des moteurs de recherche de trouver toutes les pages de votre site. La visite des internautes est également facilitée puisque vous pouvez leur proposer des compléments d’informations sur un sujet donné. Cela dit, il y a quelques aspects pratiques qui méritent d’être détaillés.

L’accessibilité des liens

Toujours dans le but de faciliter l’exploration des pages de votre site aux robots, il est important de les rendre accessibles depuis vos pages. En fait, les liens qui nécessitent un clic avant de s’afficher, comme un menu déroulant de navigation, sont souvent cachés aux robots des moteurs de recherche.

Pour cela, si vous n’avez que ce type de lien qui mène vers les pages internes de votre site Web, les robots auront du mal à les indexer. Dans cette mesure, il est beaucoup plus utile de mettre les liens directement sur la page ou en combinant les deux types de liens.

Texte de l’ancre

42 Indiquer les ancres

Le texte d’ancrage est le texte avec lequel vous créez un lien vers des pages web. Son rôle est de porter le lien, mais il sert également à indiquer aux moteurs de recherche le type de contenu de la page de destination.

Par exemple, si vous faites un lien vers une page de votre site web en utilisant le texte d’ancrage « guide sur les liens internes », il s’agit d’une très bonne indication pour les robots des moteurs de recherche que la page de destination permettra aux internautes d’avoir des informations sur les liens internes.

Cela dit, il faut faire attention à ne pas utiliser le même texte d’ancre ou des textes très similaires pour les liens dans un même contenu. Sinon, les moteurs de recherche vont estimer que vous souhaitez manipuler le classement de la page. Tout comme les mots clés, il faudrait qu’ils apparaissent naturellement dans les contenus.

Volume du lien

En ce qui concerne le volume de liens interne sur une page web, Google indique dans ses directives de : « limiter le nombre de liens sur une page à un nombre raisonnable (quelques milliers au maximum) ».

En fait, avoir trop de liens internes sur une même page n’est pas un acte qui vous fera subir des sanctions de Google, mais la qualité perçue par Google de vos pages sera peut-être affectée. Plus il y a de liens, plus l’autorité de chaque lien est diminuée et plus il y a des chances d’avoir des liens encombrants ou inutiles.

Pour cette raison, il est préférable de ne créer de liens que lorsqu’ils sont vraiment nécessaires et de choisir les bons textes d’ancre. De cette manière, vous allez apporter un contenu apportant de la valeur ajoutée à vos lecteurs et Google aussi va juger chaque lien comme étant important.

Les redirections

Redirection 301 definition

Pour de multiples raisons, il arrive que des pages web doivent être supprimées, déplacées ou renommées. Dans ces conditions et notamment lorsque vous déplacer une page, il est très important de rediriger l’URL vers son nouvel emplacement.

Dans la mesure du possible, il faudrait aussi mettre à jour tous les liens internes menant directement vers le nouvelle URL dans l’objectif de permettre aux internautes de ne pas passer par l’étape des redirections.

Mais dans le cas où vous souhaitez vous limitez aux redirections, il est préconisé de ne pas mettre en place de longues chaînes de redirection. Google indique : « Évitez de chaîner des redirections… gardez le nombre de redirections dans la chaîne bas, idéalement pas plus de 3 et moins de 5. ».

Exemple d’une chaîne de redirection (infographie) :

(Emplacement original du contenu) example.com/location1 →

exemple.com/location2 →

(Emplacement actuel du contenu) example.com/location3 

Mieux :

example.com/location1 → example.com/location3

2.5. Optimisation de l’image
Pour la vitesse de votre site web

Page speed insight definition

Les images sont parfois à la source de la lenteur d’un site web et la meilleure façon de résoudre ce problème est les compresser. Pour cela, vous pouvez utiliser un outil tel que Compressor qui vous permet de garder la qualité de vos images même après compression.  

En dehors de la compression, vous pouvez jouer sur le type de format que vous utilisez pour que la taille de vos images soit minimisée.

Ces quelques pratiques peuvent vous aider à choisir le format adéquat :

  • Si votre image nécessite une animation, utilisez un GIF.
  • Si vous n’avez pas besoin de préserver la haute résolution de l’image, utilisez JPEG (et testez différents paramètres de compression).
  • Si vous avez besoin de préserver la haute résolution de l’image, utilisez PNG.
  • Si votre image a beaucoup de couleurs, utilisez PNG-24.
  • Si votre image n’a pas beaucoup de couleurs, utilisez PNG-8.

Google indique quelques bonnes pratiques afin de choisir le bon format pour vos images. En ce qui concerne la vitesse des sites, nous allons y revenir dans les prochains chapitres.

Texte Alt

Alt text alt tag text attribute

Le texte alternatif dans les images est un principe de l’accessibilité du Web, et son usage vise à décrire les images aux malvoyants via les lecteurs d’écran. Il est important d’avoir des descriptions en attribut alt pour que toute personne malvoyante puisse comprendre ce que les images de votre site Web représentent.

De plus, les robots des moteurs de recherche explorent cette description pour mieux comprendre vos images, ce qui vous donne l’avantage supplémentaire de fournir un meilleur contexte d’image aux moteurs de recherche. Assurez-vous simplement que vos descriptions alt se lisent naturellement pour les gens, et évitez de le gonfler avec des mots-clés pour les moteurs de recherche.

Par exemple :

A préconiser : Une chaussure de football de couleur rouge très bien designer

chaussurefoot, chaussure de foot rouge, meilleure chaussure de foot jpg.

Soumettre une image sitemap

Pour vous assurer que le robot de Google parcourt et indexe convenablement vos images, pensez à soumettre un sitemap d’image via Google Search Console. Il s’agit d’une action qui aide Google à découvrir des images qu’ils auraient pu manquer.

2.6. Formatage pour la lisibilité et les featured snippets

Featured snippet

Avoir seulement un contenu de grande qualité n’implique pas que vos lecteurs vont forcément le lire. En fait, si vous le présentez sous un mauvais format, il y a très peu de chance que votre contenu puisse performer. Pour cela, il y a quelques principes à respecter pour offrir une bonne lisibilité à votre contenu, bien qu’ils ne garantissent pas que votre audience le lise.

En effet, lorsque vous effectuez bien le formatage de votre site web, vous avez beaucoup plus de chance d’apparaître dans le featured snippets ou la fameuse « position zéro ». Il s’agit de l’encadré qui apparaît en haut des résultats naturels et qui donne une réponse unique et directe aux requêtes.

Le fait est qu’il n’y a pas de code spécial pour apparaître dans le featured snippets, et il n’est pas non plus possible de payer pour être dans cette position. Par conséquent, il faut travailler la présentation de votre contenu afin de le rendre le plus lisible et compréhensible possible.

Taille et couleur du texte

31 Taille du texte apres changement

En ce qui concerne la taille à utiliser pour la police de caractères, Google suggère l’usage d’une police de 16 points et plus, ce qui permet de minimiser le besoin de “pincer et zoomer” sur le mobile.

En ce qui concerne la couleur de vos textes, veillez à ce qu’elle offre une lisibilité parfaite malgré la couleur de fond de votre site web. Pour apprendre davantage sur le sujet, vous pouvez consulter mon article sur la création de maquette de site web qui donne plus d’éclaircissement sur ces deux aspects.

Les titres

La séparation de votre contenu par des titres ou rubriques, aide les lecteurs à naviguer facilement dans vos contenus et à suivre le fil de son développement. Bien évidemment, si votre contenu est aussi long comme le mien, ce principe est très utile notamment pour que le lecteur puisse trouver certains types d’informations selon les différentes sections.

Les listes et les sauts de paragraphe

34 Verifier le resultat du menu

Nous avons vu un peu plus haut que les articles de blog présentant des listes complètes de conseils ou de méthodes performent très bien. Il en va de même pour l’utilisation de ce type de format au sein de votre contenu.

N’hésitez donc pas à utiliser pour cela des points ou puces pour faciliter la lecture à votre audience. Du reste, les murs de texte ne sont pas efficaces pour une lecture agréable et font littéralement fuir les visiteurs. Faites donc usage des sauts de paragraphes pour aérer votre contenu.

Médias de soutien

L’utilisation des médias pour compléter votre contenu est une stratégie qui fonctionne très bien, comme on l’a vu dans les chapitres précédents.

Utilisation du gras et italique

Ils sont utiles notamment pour faire ressortir les points les plus importants de votre contenu.

Ces différents points peuvent vous aider dans votre quête d’offrir une expérience utilisateur optimale et d’apparaître dans le feature snippets qui offre bien évidemment une très bonne visibilité à votre page.

3. Les autres pratiques SEO on-page

3.1. Structure de l’URL : Nommez et organisez vos pages

Choisir URL titre de publication

L’URL ou Uniform Resource Locator, désigne l’emplacement ou l’adresse de chaque élément de contenu sur le Web. Il s’agit d’un élément qui est aussi affiché dans les résultats de recherche, tout comme les balises title et méta description.

En fait, le nommage et le format des URLs peuvent impacter le taux de clic sur vos pages et leur évaluation par les moteurs de recherche.  Pour cela, il contient d’adopter les bonnes pratiques.

Un nom de page clair

Pour afin d’afficher les pages dans leur résultat, les moteurs de recherche ont besoin d’avoir des URL uniques pour chacune d’elle. Mais bien que l’URL, en lui-même, est un facteur mineur dans les signaux de classement, il peut impacter l’engouement des internautes à se rendre sur votre page.

Par exemple, considérez les deux URL suivantes :

exemple.com/chaussures/foot

Et

exemple.com/pdjftz/257?=chaussure-28697

Il ne fait aucun doute que la première URL est beaucoup plus claire que le second et permet automatiquement de connaître le contenu de la page. Les internautes seront moins enclins à cliquer sur les URLs floues et il faut dans ce cas penser en priorité à ce facteur lorsque vous nommez vos pages.

Des pages bien organisées

En plus de bien nommer vos pages, il est important de bien organiser vos différentes pages dans des rubriques pertinentes notamment si vous traitez de plusieurs sujets.

Par exemple :

exemple.com/marketing/méthodes-pour-collecter-les-emails

Et

exemple.com/seo/méthodes-pour-collecter-les-emails

Bien que la collecte d’e-mails soit une pratique qui revient souvent lorsqu’on parle de SEO, il n’empêche que le marketing soit la catégorie la plus pertinente pour effectuer son classement. En fait, cette action permet d’envoyer également des signaux concernant le type de votre contenu.

Par ailleurs, les URL qui contiennent des dates doivent aussi être utilisés à bon escient. En fait, elles sont beaucoup plus appropriées pour des contenus d’actualité et non pour ceux qui semblent être permanents.

Par exemple :

exemple.com/2017/janvier/qu’est-ce-qu’un-email/

Et

exemple/2017/janvier/le-président-a-pris-la-décision/

De ces deux pages, le second type d’URL est le plus approprié puisque le sujet traité est limité dans le temps. Mais le premier sujet est beaucoup plus intemporel et devrait peut-être se présenter sous ce type d’URL : exemple.com/qu’est-ce-qu’un-email/. En procédant ainsi, vous vous assurez que vos contenus ne vont pas paraître périmés avec le temps.

L’organisation est donc un élément très important que vous devez considérez en plus de la clarté du sujet que traite l’URL de vos pages.

La longueur idéale pour une URL

Bien que la longueur d’un URL ne soit pas d’une grande importance dans le classement des pages au niveau des moteurs de recherche, il faudrait éviter les URL trop longues qui impactent négativement l’indexation et l’expérience utilisateur, ce que Google à rappeler dans ses recommandations. Pour cela, éliminer le plus de mots inutiles possibles de vos URL.

Par exemple :

exemple.com/services/plomberie/plomberie/réparation de plomberie/toilettes/fuites/

Et

exemple.com/plomberie-réparation/toilettes/

Le second est beaucoup plus simple et susceptible d’être préconisée par les internautes. Cela dit, ne détruisez pas le caractère descriptif de vos URL en voulant coute que coute réduire leur longueur.

Par exemple :

1

exemple.com/services/plomberie/plomberie/réparation de plomberie/toilettes/fuites/

Et

exemple.com/plomberie/toilettes/

Dans ce cas-ci, la second URL – courte – n’indique pas qu’il s’agit d’un contenu de réparation de plomberie, ce qui n’est pas totalement descriptif et peut sembler ambiguë.

2

exemple.com/chaussurefootrouge

Et

exemple.com/chaussure-de-foot-rouge

La seconde URL est beaucoup plus descriptive et plus facile à appréhender que le premier. Préconisez donc les URL courtes, mais veillez à ce qu’elles soient assez descriptives. Du reste, en minimisant la longueur de vos URL, vous les rendez plus faciles à être partagées, copiées et collées.

Les mots-clés dans l’URL

Vous connaissez déjà l’importance des mots-clés dans le référencement et il serait tout à fait dommage de ne pas les utiliser dans vos URL. En effet, si vous cibler un mots clé donné, il est important d’un point de vue SEO de l’inclure dans votre URL. Cela dit, il faut être raisonnable et ne pas gonfler vos URL de mots clés puisque vous n’aurez pas de meilleurs résultats en procédant ainsi.

De plus, il faudrait veiller aux mots clés que vous avez utilisés pour vos différentes catégories de pages.  En fait, il ne faudrait pas que votre URL apparaisse sous forme de mot clés successifs qui peut sembler « manipulateur » aux yeux de Google.

Par exemple :

exemple.com/services/plomberie/plomberie/réparation-de-plomberie/toilettes-plomberie

Ce type d’URL n’est pas très plébiscité et il serait pertinent de vous mettre à la place des internautes afin de déterminer si vos URL semblent naturelles ou pas. Sinon, essayez d’avoir des URL qui paraissent les plus naturelles possibles.

Les URL statiques : À privilégier

Les URL qui sont facilement lues par les humains performent mieux que ceux qui ne le sont pas. Pour cela, il est très important de ne pas trop paramétrer vos URL et vous pouvez transformer les Url dynamiques que vous avez en URL statiques.

La séparation des mots avec des traits d’union

Google recommande d’utiliser le trait d’union (-) pour séparer les mots dans une URL. En fait, les traits de soulignement (_), les espaces et les signes (+), ne sont pas traités avec précision par certaines applications web.

De plus, les moteurs de recherche ont du mal à interpréter les URL dont les mots sont collés sans un séparateur. Dans cette mesure, il convient de faciliter la tâche aux moteurs de recherche en utilisant tout simplement les traits d’union.

Les URLs et la localisation géographique

Si vous avez un établissement local, n’oubliez pas d’intégrer les termes géographiques qui décrivent votre emplacement physique aussi bien dans vos contenus que dans vos URL. En fait, il faudrait aider les moteurs de recherche et les consommateurs à trouver facilement votre emplacement.

3.2. Les protocoles : HTTP vs HTTPS

Https la connexion est securisee definition

Google recommande depuis quelques années à tous les sites web d’avoir le protocole « https » au lieu du « http » qui n’est pas sécurisé. La firme américaine privilégie d’ailleurs les sites web sécurisés par ce protocole au détriment de ceux qui ne le sont pas.

En fait, il s’agit d’obtenir un certificat « SSL » qui permet de crypter les données transmises entre le navigateur des utilisateurs et le serveur web. Vous allez constater que depuis quelques années certains navigateurs affichent la mention « non sécurisé » pour les sites web sous le protocole « http ». Ce qui donne évidemment l’impression qu’ils ne sont pas dignes de confiance et les visiteurs ont tendance à quitter votre site web.

Pour remédier à ce fait, je vous invite à consulter mon article qui énumère les raisons et les étapes pour passer du http au https.

3.3. Un site web qui plaît à vos visiteurs

Des chapitres précédents, vous avez certainement compris que l’expérience utilisateur est l’un des éléments les plus importants en SEO. En fait, les moteurs de recherche existent uniquement dans le but de satisfaire les internautes et leurs algorithmes favorisent donc les sites web qui offrent les meilleures expériences possibles.     

Ce qui explique pourquoi vous pouvez avoir des contenus de très bonnes qualités et utiliser le bon formatage, mais vous allez avoir des difficultés à vous classer convenablement dans les résultats de recherche.

Un site web ergonomique et bien structuré

Il ne fait aucun doute que la présentation de votre site web joue un facteur très important dans l’expérience des visiteurs sur votre site web. Pour aller plus loin sur ce sujet, je vous invite à consulter mon article sur la mise en place d’une projection de site web avant sa création effective.

Il s’agit d’un guide qui vous permet de créer un site web qui offre la meilleure expérience utilisateur possible, sans oublier son optimisation pour les moteurs de recherche. Noter que même si vous n’êtes pas à l’étape de création de votre site web, vous avez toujours la possibilité d’effectuer des améliorations.

Une expérience positive aux visiteurs mobiles

De nos jours, 51,6% du trafic web provient du mobile, ce qui indique qu’il est très important de rendre votre site web accessible et facile à naviguer aux visiteurs mobiles de votre site web.

Les sites optimises pour mobiles sont plus fiables pour 51 des consommateurs

D’ailleurs, Google a lancé une mise à jour de son algorithme en 2015 afin de promouvoir les pages qui s’accommodent aux téléphones mobiles ou mobile-friendly pages au détriment de celles qui ne le sont pas.

Il existe plusieurs méthodes pour faire en sorte que vos pages puissent d’adapter aux mobiles, mais Google préconise de les rendre responsive. En effet, il s’agit de faire en sorte que votre site web s’adapte à n’importe quel type d’appareil utilisé par les internautes.

Si vous ne savez pas si vos pages web sont compatibles avec les téléphones mobiles ou pas, Google à mis en place de mobile-friendly test qui vous permet de le déterminer.

Si vos pages ne le sont pas, vous pouvez consulter mon article pour adapter vos pages au mobile. Mais il ne s’agit pas de la seule amélioration que vous pouvez effectuer pour les utilisateurs.

Accelerated Mobile Pages

AMP

Littéralement traduit en Pages mobiles accélérées, l’AMP est utilisée pour la diffusion du contenu à des vitesses bien supérieures aux visiteurs mobiles. Cette vitesse est supérieure à celles de la diffusion non AMP puisqu’il le diffuse à partir de ses serveurs de cache et non du site d’origine. Pour aller plus loin sur son utilisation, vous pouvez aller consulter directement son fonctionnement.

Mobile-first indexing ou l’indexation mobile d’abord

Mobile index first definition

Google est passé au mobile-first indexing à partir de 2018 et ce concept peut parfois être confondu avec le mobile-friendly. En fait, le mobile-first indexing indique que Google parcourt et indexe d’abord la version mobile de vos pages web.

Google s’est rendu compte que la majorité de ses utilisateurs faisaient usage de téléphones pour effectuer leur recherche. Pour cette raison, la firme a tout simplement décidé de privilégier l’indexation de la version mobile des pages au détriment de la version ordinateur. Pour aller plus loin, consulter cette ressource de webrankinginfo.

Dans cette logique, le fait de rendre votre site web mobile-friendly ne désigne pas la même chose que le mobile-first indexing. Mais cela indique une fois de plus l’importance de rendre votre site web responsive.

Améliorer la vitesse des pages pour atténuer la frustration des visiteurs

Google souhaite combler ses utilisateurs et pour cette raison, il entend fournir les meilleures réponses le plus rapidement possible. Ce qui fait de la vitesse est un facteur qui peut impacter le classement de votre site dans les SERPs.

D’ailleurs, on perd vite patience lorsqu’un site web tarde à se charger rapidement, ce qui implique généralement le fait de rebondir dans le SERP afin de choisir une page qui soit meilleure en termes de vitesse de chargement.

Pour contrôler la vitesse de votre site web, Google a mis en place un outil : PageSpeed Insights. Celui-ci donne non seulement un score de vitesse de 0 à 100, mais une liste de choses à faire pour accélérer les choses. Google indique ici les bonnes pratiques pour utiliser correctement son outil.

Vous pouvez aussi utiliser d’autres outils tels que :

Améliorer l’expérience de votre audience à l’international

Lorsque vous votre public cible ou votre audience ne se limite pas uniquement à un pays, il est important de mettre en place les meilleures pratiques SEO international. Ce qui permettra d’améliorer l’expérience de tous vos utilisateurs afin que ceux-ci n’aient pas de difficulté à trouver la version de votre site web qui leur est destinée.

Principalement, il a deux différentes manières d’internationaliser un site Web :

Langue

Si votre site web cible une audience composée de plusieurs langues, alors votre site web est considéré comme multilingue. Pour cela, vous devez utiliser les balises hreflang afin d’indiquer à Google que votre site web se présente dans plusieurs langues. Google indique d’ailleurs les bonnes pratiques pour effectuer cette action.

Pays

Avoir un site web multilingue ne signifie forcément pas qu’il est disponible dans plusieurs pays. Par exemple, si votre cible ne concerne que la Belgique uniquement, votre aura probablement trois langues sur votre site à savoir : Le français, l’allemand et le néerlandais.

Si votre site cible par contre plusieurs pays, il est considéré comme multirégionaux et pour l’optimiser, vous allez choisir une structure URL qui permet de cibler facilement et spécifiquement votre domaine ou vos pages vers ces pays.

Dans cette mesure, vous pouvez utiliser :

  • Un domaine de premier niveau de code de pays ou ccTLD : Qui peuvent finir par exemple par « .fr » pour la France ou « .ca » pour le Canada ;
  • Un domaine de premier niveau générique ou gTLD avec un sous-répertoire spécifique au pays : Il s’agit par exemple de « exemple.com/fr » ” pour la France.
  • Un domaine de premier niveau générique ou gTLD avec un sous-domaine spécifique au pays : Il s’agit par exemple de « fr.exemple.com/ » pour la France.

Pour avoir plus d’information sur la gestion des sites multirégionaux et multilingues, vous pouvez consulter cette ressource de Google.

Enfin, vous avez désormais la plupart des différentes pratiques ou techniques que vous pouvez utiliser sur votre site web pour améliorer son référencement et il faut maintenant passer à l’étape suivante.

SEO Off-page : Link building et établissement de l’autorité

Autorité de site web SEO

Les pratiques du SEO On-Page seules ne suffisent pas si vous souhaitez optimiser au maximum votre référencement et dans l’objectif de dépasser la concurrence, vous devez établir votre autorité.

Cette autorité se construit en obtenant des backlinks de qualité et en vous constituant une audience qui pourra vous aider à amplifier votre contenu. D’ailleurs, Google indique que la qualité du contenu et les liens font partie des trois facteurs de classement les plus importants.

1. Les liens entrants : Une question de vote

Également connu sous le nom de backlink ou d’inbound links, les liens entrants désignent les liens qui pointent d’un site à un autre. Ils ont une grande importance sur la toile puisqu’ils peuvent servir à juger la crédibilité ou l’autorité d’un site.

Par exemple, si plusieurs sites populaires de votre thématique font référence à vos contenus ou à votre site pour n’importe quelle raison, vous gagnez en notoriété et leur audience aura tendance à vous faire confiance. Il en va de même pour Google qui considère qu’il peut vous faire confiance puisque d’autres sites de confiance se réfèrent à vous par des liens.

Pour les moteurs de recherche, les liens sont donc comme une sorte de vote d’importance ou de popularité sur le web. Notez qu’il ne s’agit pas seulement des liens externes puisque les liens internes fonctionnent quasiment de la même façon.

Lorsque vous avez un grand nombre de liens internes qui pointent vers une page en particulier, Google considère que cette page est la plus importante sur votre site. Cela dit, il faut veiller à ce que ces liens soient obtenus de façon naturelle et non en faisant du spamming. Sinon, vous risquez d’être pénalisé puisque les algorithmes peuvent détecter cette pratique.

1.1. Le concept E-A-T : Le profil de site web à avoir

A travers le Google Search Quality Rater Guidelines, on peut constater que la firme américaine accorde beaucoup d’importance au concept d’E-A-T. Il s’agit d’un acronyme anglais qui désigne :

  • Expert : Expertise ;
  • Autoritative : Autorité ;
  • Trusworthy : Fiabilité.

Lorsqu’un site web ne présente pas ces caractéristiques, les moteurs de recherche ont tendance à le considérer comme étant de moindre qualité. Alors que ceux qui les présentent sont récompensés d’autant plus que ce concept reflète l’objectif de résoudre efficacement les requêtes des utilisateurs.

En fait, l’E-A-T prend de plus en plus d’importance d’autant plus que la recherche évolue et que la satisfaction des utilisateurs est un élément très important. Dans cette mesure, la création d’un site qui est considéré comme expert, faisant autorité et digne de confiance devrait être votre guide pendant que vous pratiquez le référencement.

E-A-T et les liens vers votre site

Plus un site est populaire et important, plus les liens de ce site ont du poids. Autrement dit, tous backlinks ne se valent pas. Par exemple, Wikipédia est reconnu pour son expertise, son autorité et sa fiabilité, ce qui fait que des milliers de sites web lui font régulièrement référence.

Afin d’établir à votre tour votre autorité, vous devez vous servir de ces genres de sites web qui présentent déjà les qualités E-A-T. Il s’agit d’avoir des backlinks de ces types de sites, mais vous n’avez pas à forcément choisir des sites qui sont trop populaires comme Wikipédia. Cela dit, tous les backlinks provenant de ces mêmes sites ne se valent pas.

1.2. Les attributs Followed et nofollowed

Les liens peuvent être considérés comme étant des votes, mais il est possible d’établir un lien vers un site web sans pour autant lui attribuer de « vote ». Il s’agit de l’utilisation de l’attribut nofollow qui indique aux moteurs de recherche de ne pas suivre le lien ou de ne pas le considérer.

Cet attribut peut vous aider notamment lorsque la source vers laquelle elle mène n’est pas fiable. Le followed quant à lui est le lien classique et veut simplement signifier qu’il n’y a pas la présence de l’attribut nofollowed.

Les deux se présentent sous les formes suivantes :

Followed : exemple

Nofollow : exemple

Si vous souhaitez construire votre autorité, il est très important de vous focaliser sur l’obtention de lien follow et d’éviter les nofollow. D’autant plus que ces derniers ne vont pas réellement impacter votre référencement, mais ils ne sont pas totalement inutiles. En fait, ils peuvent toujours permettre à ce que vous ayez du trafic depuis les pages sur lesquelles ils se trouvent.  

Du reste, il ne faudrait pas non plus considérer les liens externes provenant des réseaux sociaux comme impactant directement votre référencement. Par exemple, la création d’un profil sur Facebook avec un lien vers votre site n’est pas un vote de Facebook lui-même pour dire qu’ils aiment votre site.

Cela dit, ce canal vous permet d’avoir beaucoup de trafic si vous vous y prenez correctement. Dans cette mesure, il est tout à fait naturel d’avoir aussi bien des lien nofollowed que follow.  

Afin de déterminer les types de liens qu’une page web donnée contient, vous avez des outils tels que Nofollow. Il s’agit d’une extension de Google Chrome qui pourra vous permettre de détecter automatiquement de tels liens. A vous ensuite de juger quel site web présentant les critères E-A-T vous allez utiliser pour avoir vos backlinks.

1.3. Le profil de lien ou link profil

Le profil de lien est une évaluation globale de tous les backlinks que vous avez pu gagner. Il comprend quelques éléments dont :

  • Le nombre total de liens : Tous les backlinks que vous avez pu avoir ;
  • La qualité de vos liens : Cet aspect est lié aux types de sites sur lesquels vous avez eu vos backlinks ;
  • La diversité des liens : Le nombre de sites liés à vous par des backlinks. Si un seul site se lie à vous 100 fois, cela ne vaut pas 100 sites qui se lient à vous.

Comme vous pouvez déjà vous en douter, le profil de lien est un élément que prennent en compte les moteurs de recherche dans leur évaluation. Afin d’analyser votre link profil, vous pouvez utiliser un outil tel que Link-explorer qui vous permet aussi de faire une analyse de vos concurrents.

1.4. Les caractéristiques d’un profil de liens sain

Sachez qu’il est très important de maintenir un profil de lien sain notamment si vous souhaitez que les moteurs de recherche vous positionnent correctement. En fait, ne cherchez pas à gagner des liens artificiels qui peuvent parfois fonctionner, mais qui sont dangereux et peuvent aboutir à des sanctions, voir une suppression de vos pages des moteurs de recherche.   

Un profil de lien sain indique aux moteurs de recherche que vous méritez vos liens et votre autorité. Un travail important s’impose donc si vous souhaitez avoir un profil sain et voici quelques facteurs à prendre en compte.

Les liens acquis ou placés de façon éditoriale

Les liens éditoriaux sont des liens ajoutés naturellement par les sites et les pages qui veulent faire un lien vers votre site Web. En fait, ce type de lien n’exige aucune autre action de votre part que la création de contenus de haute qualité et digne d’intérêt.

Il peut arriver que certains sites web vous mentionnent sans pour autant créer un lien vers votre site web, ce qui ne vous fait évidemment pas gagner de backlinks. Mais vous avez la possibilité de trouver ces mentions avec l’outil Fresh Web Explorer. De cette manière, vous savez quel site web vous fait suffisamment confiance pour vous mentionner.

Les liens provenant de sites Web de la même thématique

Les liens que vous allez gagner des sites web traitant de la même thématique que vous sont généralement de meilleure qualité que ceux qui proviennent de sites web moins pertinents.

Par exemple, si vous vendez des chaussures de foot, il est plus pertinent d’être mentionné ou d’avoir un backlinks de la Fifa que de Microsoft.

Il s’agit d’un facteur que prend aussi en compte les moteurs de recherche et il faudrait vous concentrer sur les sites web traitant la même thématique que vous.

Le texte de l’ancre : Descriptif et pertinent, sans être un spammeur

Les textes d’ancre indiquent à Google le type de sujet que vous traitez et si votre page web est pointée par plusieurs sites avec une légère variation de texte d’ancre, votre page est susceptible d’être bien classée.

Cela dit, il faut faire très attention puisque avoir uniquement le même texte d’ancre pour les backlinks peut indiquer à Google que vous tentez de manipuler ses algorithmes.

1.5. Comment construire des backlinks de haute qualité ?

Il y a plusieurs méthodes pour créer des backlinks vers votre site web et il est important de tenir compte de votre objectif principal afin de choisir les méthodes les plus pertinentes. Voici quelques méthodes populaires qui fonctionnent généralement bien et que vous pouvez essayer.

Méthode 1 : Trouver des liens partenaires

Si vous n’avez pas encore de partenaires dans votre thématique, il est temps d’en créer pour bénéficier des avantages que peut vous offrir ce type de relations. Pour cela, vous pouvez déjà commencer par vos fidèles lecteurs qui aiment et qui commentent vos contenus. Ensuite, vous pouvez chercher à toucher les sites web traitant de la même thématique que vous.

En fait, vous pouvez leur proposer d’écrire des articles invités qu’ils vont publier sur leur blog. Il s’agit du guest blogging, une stratégie très efficace qui nécessite néanmoins certaines précautions pour être une réussite.

En outre, vous pouvez aussi proposer de rédiger des témoignages sur leurs produits ou services qu’ils vont publier sur leur site web en incluant votre lien. Vous avez aussi la possibilité d’échanger et de mettre des badges de partenariat sur vos sites web respectifs.

Il s’agit bien évidemment de quelques tactiques et vous mettre vos propres stratégies en place pour tisser des partenariats qui pourront vous servir.

Méthode 2 : Créer un blog

Est-il toujours pertinent d'avoir un blog aujourdhui ?

La création de contenu pour l’obtention de liens est une stratégie qui fait partie des rares recommandations personnelles des ingénieurs de Google. Les blogs ont la capacité unique de :

  • Contribuer à la création de nouveaux contenus sur une base régulière ;
  • Générer des conversations à travers le web ;
  • Gagner des liens à partir d’autres blogs.

Cela dit, il faut éviter de publier des articles de basses qualités dans l’objectif d’avoir des backlinks puisque vous risquez de ne pas voir aboutir vos efforts. Dans cette mesure, créer des contenus de grande qualité et qui apportent une valeur ajoutée unique, ce qui va susciter les internautes à créer des liens vers votre page.

En plus d’être unique, vous pouvez utiliser différents types de contenu qui suscitent généralement les backlinks. Il s’agit entre autres de contenu tel que :  

  • Une étude ;
  • Un article qui brise les mythes ;
  • Un guide visuel ou ressource ;
  • Une liste de conseils, d’exemples ou de ressources.

En effet, lorsque votre contenu est suffisamment unique et intéressant, les internautes ont tendance à le partager avec d’autres personnes. Ces types de liens que vous obtenez par la rédaction sont des votes d’une valeur inestimable pour bâtir la confiance, l’autorité et le potentiel de classement.

Méthode 3 : Mettre à jour les contenus à succès

Ne vous limitez pas seulement à la création de contenus ! Vous avez peut-être des contenus qui génèrent du trafic, qui captent l’attention et qui convertissent. N’hésitez pas à prendre ces contenus et à les remettre à neuf pour faire leur promotion ou les publier sur d’autres plateformes comme les réseaux sociaux afin d’étendre leur portée au-delà de Google.

Méthode 4 : Impliquez-vous dans votre communauté locale

Lorsque vous avez un établissement local, vous pouvez avoir des liens de qualité en utilisant l’approche communautaire. Il s’agit de vous impliquer dans des actions telles que :

  • L’organisation de compétitions locales ;
  • Les parrainages et les bourses d’études ;
  • La promotion de programmes de fidélisation ;
  • Les donations à des causes locales dignes d’intérêt ;
  • L’organisation ou la participation à des événements, des séminaires, des ateliers, des ateliers…
  • Rejoindre des associations d’affaires locales et développer des relations concrètes avec les entreprises qui peuvent vous servir de diverses façons ;
  • Etc…

Toutes ces stratégies peuvent vous offrir de très bonnes opportunités de backlinks de qualité. Je compte publier prochainement un article complet à ce sujet, mais vous pouvez déjà consulter cette ressource de Lafabriquedunet qui est susceptible de vous aider. Cela dit, il y a des pratiques qu’il est judicieux d’éviter lorsque vous êtes en quête de backlinks.

1.6. Ce qu’il ne faut pas faire pour créer des liens

Plusieurs techniques permettent de créer des liens et parmi celles-ci figure des pratiques qui semblent être plus faciles, mais qui sont en réalité considérées comme étant Black Hat. En effet, Google pénalise les sites qui ont un profil de lien de mauvaise qualité avec des liens spammeurs. Ce qui peut mettre en danger votre travail si vous faites recours à ces pratiques.

Pratique 1 : L’achat de liens

L’achat de liens est un phénomène que les moteurs de recherche combattent en essayant de minimiser leur impact dans leurs résultats. Bien que Google ne puisse pas faire automatiquement la différence entre les liens gagnés de ceux qui ont été payés, il utilise des indices pour faire la part des choses.

Si vous pratiquez cet acte, que ce soit l’achat ou la vente, vous risquez d’être sévèrement pénalisé par les moteurs de recherche. Généralement, votre classement sera affecté, mais votre site peut aussi être désindexé et ne plus donc apparaître dans les SERPs.

Pratique 2 : L’échange de liens ou liens réciproques

Les directives de qualité de Google mettent en garde contre les échanges de liens jugés « excessifs » et les partenariats similaires menés exclusivement dans le but de créer des liens croisés.

En fait, il est acceptable et même légitime, d’établir des liens avec des personnes avec lesquelles vous travaillez et de leur demander d‘établir des backlinks vers vous. En réalité, le danger se trouve dans l’échange de liens à grande échelle avec des sites hors thématiques.

Il existe beaucoup d’autres tactiques manipulatrices de construction de liens que les moteurs de recherche ont identifiées telles que :

  • L’utilisation d’annuaire de qualité médiocre ;
  • Les commentaires sur les forums incluant des liens optimisés ;
  • L’utilisation de programmes automatisés ;
  • Etc..

Google énumère une liste complète des pratiques qui peuvent être sanctionnées et je vous suggère de la consulter pour ne pas tomber dans la pénalité. Le fait est que google et les autres moteurs de recherche ont développé des méthodes algorithmiques qui leur permettent de réduire l’impact de ces pratiques. Et au fur et à mesure que de telles systèmes apparaissent, les ingénieurs continueront de les combattre avec :

  • Des algorithmes ciblés ;
  • Des évaluations humaines ;
  • La collecte de rapports de spam auprès des webmasters et des SEOs.

En bref, il ne vaut pas la peine de trouver des moyens pour contourner les moteurs de recherche puisqu’ils finiront par le détecter.

Enfin, les liens devraient toujours (infographie) :

  • Être mérité et gagné naturellement ;
  • Être ciblé stratégiquement ;
  • Provenir de sites d’autorité ;
  • Augmenter avec le temps ;
  • Provenir de sources d’actualité pertinentes ;
  • Être utilisés avec un texte d’ancrage pertinent et naturel ;
  • Apporter du trafic qualifié sur votre site ;
  • Être un bon mélange de follow et de nofollow.

2. Au-delà des liens : La promotion, l’amplification et l’impact de la réputation sur l’autorité

La plupart des méthodes qui vont vous permettre d’améliorer votre profil de liens, vont également vous permettre indirectement de construire l’image de votre marque. En fait, vous pouvez considérer l’établissement de liens comme étant un excellent moyen pour étendre la notoriété :

  • De votre marque ;
  • Des sujets sur lesquels vous êtes une autorité ;
  • Des produits ou services que vous offrez.

Du moment où vous êtes connu par votre public cible et que vous disposez de précieux contenus à faire connaître, n’hésitez pas à le faire savoir à votre audience. Pour cela, utilisez les réseaux sociaux pour vos partages, ce qui vous permet non seulement de sensibiliser votre public cible, mais aussi de les encourager à faire à effectuer les partages à leur tour. Ce qui va naturellement étendre votre portée sur la toile.  

Bien que le partage sur les réseaux sociaux n’ait pas la même valeur que les backlinks issus des sites de référence, ils peuvent déboucher sur des backlinks de qualités lorsque votre contenu tombe sur les bonnes personnes. De plus, n’oubliez pas qu’ils peuvent augmenter votre trafic, ce qui peut accroître la notoriété de votre marque et finir par vous créer des backlinks de qualité.

En somme, la connexion entre les réseaux sociaux et le classement dans les SERPs semble indirect, mais il est très pertinent de compléter votre SEO avec une stratégie sur les réseaux sociaux.

La confiance et la fidélité ou loyauté

Les chapitres précédents ont permis de comprendre que les moteurs de recherche utilisaient principalement votre profil de lien pour évaluer votre notoriété. Mais d’autres facteurs peuvent aussi influencer son évaluation et pour les connaître, il suffit d’analyser les différentes façons de faire confiance à une marque.

Voici une schématisation qui ressemble un peu aux étapes d’un funnel de vente :

  1. Conscience : Vous savez que la marque existe ;
  2. Utilité : La marque répond à vos questions ou besoins ;
  3. Intégrité : La marque fait ce qu’il dit ;
  4. Qualité : Le produit de la marque apporte réellement de la valeur ;
  5. Valeur continue : La marque continue à fournir de la valeur même après que vous ayez obtenu ce dont vous aviez besoin ;
  6. Voix : la marque communique de façon unique et mémorable ;
  7. Sentiment : D’autres ont de bonnes choses à dire sur leur expérience avec la marque.

Ce septième point est l’un des plus importants puisque les évaluations de votre marque, de vos produits ou de vos services peuvent vous permettre de réussir ou d’échouer. En effet, les avis négatifs sur votre business peuvent négativement impacter votre notoriété et votre référencement.

Cela dit, n’essayez jamais de faire recours à des pratiques non éthiques dans le but d’avoir des évaluations ou des avis positifs pour votre entreprise, vos produits ou vos services. En procédant ainsi, vous risquez de violer les directives gouvernementales en matière de vérité dans la publicité, ce qui peut entraîner des poursuites judiciaires et de lourdes amendes.

Par conséquent, le respect des règles et l’offre d’une expérience client exceptionnelle sont la combinaison gagnante pour bâtir à la fois la confiance et l’autorité au fil du temps.

Vous connaissez désormais les techniques que vous devez mettre en œuvre pour compléter vos actions sur votre site web. Autrement dit, vous pouvez référencer correctement un site web aussi bien avec le SEO On-Page et Off-Page. Cela dit, il reste une dernière étape pour garantir le succès de vos actions.

Le suivi des performances de référencement

La possibilité de mesurer ou d’évaluer quelque chose vous permet de l’améliorer. Il en va de même pour le SEO et il est très important de connaître exactement l’impact de votre travail afin d’améliorer vos performances pour l’atteindre de vos objectifs.

1. Définir un objectif final

Vous avez probablement déjà défini quelques objectifs, mais il essentiel d’établir de manière précise un objectif final principal pour votre site web. Pour réussir à le définir, il est important d’appréhender les nombreux objectifs du site web et les besoins de vos clients.

Dans ce sens, les questions d’un point de vue client peuvent vous aider et Moz a établi une liste de ces questions dont :

  • Pouvez-vous donner un bref historique de votre entreprise ?
  • Quelle est la valeur monétaire d’un lead nouvellement qualifié ?
  • Quels sont vos services/produits les plus rentables (dans l’ordre) ?
  • Quels sont vos objectifs spécifiques pour une stratégie SEO / Digital Marketing ?
  • Votre marché cible est-il local, régional, national ou mondial ?
  • Qu’est-ce qui fait qu’un lead est qualifié ?
  • Qui sont vos cinq principaux concurrents ?
  • Pouvez-vous parler d’un travail de référencement antérieur ou actuel ?
  • Est-il possible d’avoir des rapports de ce qui a été dejà fait et des résultats obtenus ?
  • Etc…

Les réponses à ces différentes questions peuvent vous aider à définir votre objectif principal final. Cependant, assurez-vous qu’il soit mesurable et précis afin de pouvoir être atteint.

2. Les différents paramètres à mesurer

Pour effectuer le suivi de votre objectif, il y a des points que vous devez mesurer et voici ceux qui méritent une attention toute particulière.

2.2. Les paramètres d’engagement

Google Analytics

Pour améliorer votre SEO, vous devez appréhender le comportement des visiteurs une fois qu’ils atteignent votre site et les paramètres d’engagement peuvent vous aider à effectuer une telle évaluation.

Le Taux de conversion ou conversion rate

Le taux de conversion désigne le nombre de conversions pour un objectif souhaité par le nombre de visites uniques. Il peut s’appliquer aussi bien à des achats sur votre site, à l’inscription à votre liste d’emails et bien d’autres objectifs.

En ayant connaissance de votre taux de conversion, il vous sera plus facile de déterminer le retour sur investissement que pouvez avoir grâce à votre trafic.

La durée de visite par page

Connaître le temps de visite pour une page peut vous aider à évaluer si son contenu est bien apprécié par vos visiteurs. Si vous avez une page qui comprend un article de blog de 3000 mots et que les visiteurs ne passent que 5 secondes sur celle-ci, il ne fait aucun doute que votre contenu n’est pas totalement lu par vos lecteurs.

Cela dit, avant de juger qu’une page présente une mauvaise durée de visite, il faut considérer son objectif. S’il s’agit d’une page de contact par exemple, il est normal qu’elle ait une durée de visite plus basse que la normale.

Le nombre de pages par visite

Si vous souhaitez que le visiteur passe d’une page à une autre notamment pour le conduire à une étape suivant selon vos objectifs, le nombre de pages par visite peut être un très bon paramètre à connaître. Par exemple, si vous avez conçu un tunnel de vente, il est important d’évaluer ce paramètre.

Le taux de rebond

Un rebond indique que le visiteur a consulté uniquement une page de votre site web sans chercher à aller sur une autre page. Lorsqu’il est élevé, cette mesure ne désigne pas forcément que votre site web est mal en point.

En effet, si vous avez un établissement local, certains visiteurs peuvent uniquement venir sur votre site dans l’intention de trouver vos heures de visites pour ensuite se rendre physiquement dans vos locaux. Dans ce sens, il a trouvé ce qu’il recherche et vous n’avez pas à vous inquiéter.

Il faut donc évaluer vos objectifs afin de déterminer s’il est utile de chercher à réduire coute que coute votre taux de rebond.   

La profondeur de défilement

Il s’agit de la distance à laquelle les visiteurs défilent chacune de vos différentes pages web. Ce paramètre vous permet de savoir si les visiteurs accèdent à vos contenus les plus importants. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez tester plusieurs tactiques notamment en mettant plus haut les informations les plus importantes.

Pour mesurer ces différents paramètres, vous avez Google Analytics qui permet de suivre convenablement les objectifs SEO. Je vous conseille fortement d’installer Google Analytics sur votre site web puisqu’il vous permettra d’avoir une multitude de données utiles. En fait, cet outil ne se limite pas uniquement à donner des informations sur les paramètres d’engagement, il fournit également des données sur le trafic.

2.3. Les données sur le trafic

L’isolement du trafic selon vos différents canaux

Google Analytics ou GA vous permet d’évaluer le trafic provenant de vos différents canaux. De cette manière, vous pouvez isoler votre trafic organique des autres types de trafic. Ce qui vous permet de savoir exactement quel canal vous apporte le plus de trafic et donc d’affiner en conséquence vos stratégies.

Le trafic vers votre site par période

GA vous permet d’afficher le nombre total de sessions/utilisateurs/visites de pages de votre site sur une période donnée. Vous avez également la possibilité de comparer deux différentes périodes.

Le nombre de visites qu’une page particulière a reçu

Les rapports de GA vous permettent également d’évaluer les performances d’une page web donnée de votre site web. En fait, vous pouvez connaître le nombre de visiteurs uniques qu’elle a reçus sur une période de temps particulière.

Le trafic d’une campagne spécifiée

GA propose des codes UTM que vous pouvez utiliser pour suivre vos différentes campagnes. Il vous suffit de désigner la source, le support, la campagne en question, et d’ajouter les codes à la fin de vos URL. Dès que les visiteurs vont cliquer sur ces liens, GA se chargera de collecter toutes les données que vous pourrez consulter pour vos analyses.

Le taux de clics (CTR)

Il s’agit de la proportion d’internautes qui ont cliqué sur votre page dans les moteurs de recherche. Ce paramètre peut vous permettre d’optimiser vos balises title et description pour augmenter le nombre de clics sur vos pages. Pour avoir ces données, installer Google Search Console qui est un autre puissant outil gratuit de la firme américaine.

2.4. D’autres paramètres de référencement à mesurer

L’autorité de domaine et l’autorité de page

Les précédents chapitres ont montré l’importance de l’autorité d’un domaine ou d’un site web. Il est donc important de le suivre et le plus intéressant, vous pouvez aussi connaître l’autorité de chacune de vos pages web.

Moz vous permet de connaître aussi bien l’autorité de votre domaine que l’autorité de vos pages. Vous pouvez d’ailleurs l’utiliser pour vérifier l’autorité des domaines de vos différents concurrents.

Le classement par mots-clés et le profil de liens

Si vous vous positionnez sur plusieurs mots clés, il est important de suivre votre classement par rapport à ces mots et expressions.

Le profil de liens est un facteur qui a été précédemment évoqué et qui mérite aussi d’être suivi. Vous pouvez également évaluer ces deux paramètres avec l’outil de Moz.

Ces différents paramètres vous permettent de mesurer avec efficacité les différentes stratégies que vous mettez en œuvre. Par exemple, si vous publiez un article invité sur un autre blog, vous pouvez surveiller l’évolution de votre trafic afin de déterminer la mesure dans laquelle action a performé.

Cela dit, il est préférable de connaître exactement l’état de votre site web avant de penser à mettre en œuvre vos différentes stratégies. En le faisant, vous aurez une idée claire de ce qu’il y a lieu de faire en termes de SEO.

3. Évaluer votre site avec des audits SEO

Effectuer un audit de votre site web vous permet de connaître l’état actuel de votre site web et la définition des différentes stratégies à mettre en œuvre devient plus pertinente et efficace. Vous allez savoir :

  • Votre position actuelle dans les résultats de recherche ;
  • Comment les internautes interagissent avec votre site ;
  • La structure globale de votre site web ;  
  • Les performances de votre site web ;
  • La qualité de votre contenu ;
  • Etc…

La connaissance de ces différents éléments vous permet de connaître vos lacunes et les opportunités que vous pouvez saisir pour améliorer votre référencement. Je propose un audit gratuit et il vous suffit tout simplement de remplir le formulaire pour en profiter.

Les opportunités SEO

L’audit SEO d’un site web touche d’autres paramètres en dehors de ceux qui ont été cités précédemment à savoir :  

3.1. La crawlabilité

Sans que vos pages ne soient crawlées, elles ne peuvent pas être indexées et n’apparaitront donc pas dans les SERPs. Il est donc important de vérifier à chaque fois que vous pages sont crawlables.

3.2. Les pages indexées

En plus de la crawlabilité, il faut chercher à savoir si vos pages, notamment les principales, peuvent être retrouvée dans les SERP. Il arrive que certaines pages manquent et il faut souvent vérifier si vous n’avez pas utilisé par mégarde la directive noindex qui excluent les pages d’être indexées et de se retrouver dans les moteurs de recherche.

3.3. Les titres des pages et méta descriptions

Vous connaissez désormais l’importance de ces deux éléments, il faudrait effectuer une bonne analyse pour voir s’ils performent correctement ou s’il y a des améliorations à apporter.

3.4. La vitesse du site web

Quelles sont les performances de votre site Web sur les appareils mobiles ? Quelles images pourraient être compressées pour améliorer le temps de chargement ? Ce sont quelques-unes des points à surveiller afin d’effectuer les optimisations nécessaires.

3.5. La qualité du contenu

Il est important de déterminer la mesure dans laquelle votre contenu actuel répond aux besoins de votre public cible. Pour cela, il faudrait évaluer la richesse du contenu et la valeur apportée de plus que les autres sites du meilleur classement. En fonction de vos analyses, vous pouvez effectuer les améliorations adéquates.

4. D’autres outils pour évaluer les performances de votre site

En dehors des outils cités jusque-là, notamment Google Analytics et Google Search Console, d’autres outils peuvent vous aider et on retrouve :

  • Bing Webmaster Tools : Il présente quasiment les mêmes fonctionnalités que Google Search Console, mais est destiné pour le moteur de recherche Bing ;
  • Lighthouse Audit : Cet outil de Google vous permet de mesurer et de comprendre les performances d’un site Web et son accessibilité et bien d’autres ;
  • PageSpeed Insights : Fournit des données sur les performances d’un site web ;
  • Structured Data Testing Tool : Valide qu’un site Web utilise correctement le balisage de données structurées ;
  • Mobile-Friendly Test : Évalue la facilité avec laquelle un utilisateur peut naviguer sur votre site Web sur un appareil mobile.

Google ne cesse de développer de nouveaux outils pour les développeurs et si vous souhaitez garder un œil sur ses nouveaux outils, vous pouvez consulter sa page sur ses outils.

Conclusion :  L’importance de l’exécution

Après avoir établi votre stratégie pour optimiser votre référencement suite à un audit, il faut ensuite organiser et planifier les différentes tâches que vous aurez à effectuer. En effet, un mauvais planning ne vous permet pas d’être efficace dans le déploiement de votre stratégie et vous risquez de ne pas pouvoir suivre son évolution. Pour cela, vous pouvez utiliser des outils tels que Excel ou Google Sheet qui vous permettent de planifier et de suivre les différents objectifs à atteindre.

Par ailleurs, testez, faites des changements et testez encore

! Beaucoup de professionnels en SEO ont des sites d’essai où ils défient des normes de SEO ou expérimentent de nouveaux types de tactiques d’optimisation. Vous pouvez aussi créer un site web avec notamment un nom qui n’a presque aucun volume de recherche ou de concurrence. Ensuite, évaluez la vitesse à laquelle vous allez obtenir un bon classement dans les SERPs.  

Envisagez d’aller plus loin et de vous mettre au défi d’apprendre le référencement technique. A ce sujet, vous pouvez suivre une formation approfondie sur le SEO et vous pouvez aussi trouvez une communauté où vous allez pouvoir apprendre, discuter, partager vos expériences et demander de l’aide en toute sécurité.

Enfin, n’oubliez pas que les moteurs de recherche évoluent continuellement et que si vous n’êtes pas en veille, vous risquez d’être dépassé par la concurrence. 

Les moteurs de recherche font partie des piliers les plus importants de l’internet. Pour se faire donc une place de choix sur la toile, il est crucial d’occuper les meilleures positions dans leurs résultats. Cela dit, il est particulièrement difficile d’avoir de la visibilité dans les SERPs, notamment dans les premiers mois après le lancement sur la toile d’un business. Des stratégies de marketing s’imposent donc et il existe techniquement deux moyens que vous pouvez utiliser pour relever le challenge, le SEA et le SEO. Plus efficace que le SEA, le SEO vous permet d’optimiser naturellement votre positionnement dans les SERPs. Toutefois, son utilisation comporte des risques d’autant plus que les moteurs de recherche ont établi des guidelines et n’hésitent pas à sanctionner ceux qui ne les respectent pas. En fait, ces pénalités peuvent aller d’un simple déclassement dans les résultats à une suppression total des résultats de recherche. Pour cela, il suffit de vous concentrer sur les bonnes pratiques de référencement qui privilégient l’expérience des humains avant celle des algorithmes des moteurs de recherche. De là, vous aller pouvoir mettre en œuvre des stratégies qui peuvent sembler lentes, mais qui vous permettent d’obtenir un bon positionnement et de construire votre autorité. Cela dit, il est très important que ces stratégies puissent faire l’objet d’un suivi permanent afin d’être améliorées et affinées au fil du temps. Dans cette logique, vous avez plusieurs outils que je vous invite fortement à utiliser également pour apprécier vos concurrents afin d’apporter une valeur unique. Enfin, soyez toujours en veille par rapport aux divers changements que les moteurs de recherche sont susceptibles d’apporter prochainement à leur manière de fonctionner.

J’espère que ce guide complet sur le SEO a été d’une aide quelconque pour vous.

A bientôt pour d’autres guides !